Deutsche Börse va tester un ralentissement du négoce des dérivés

AWP

1 minutes de lecture

La réponse au comportement agressif de traders à haute fréquence va s’appliquer aux options sur des actions allemandes et françaises sur la plateforme Eurex.

L’opérateur boursier allemand Deutsche Börse va tester à compter de juin une limitation de vitesse d’ordres passés sur sa plateforme de dérivés Eurex, en réponse au comportement agressif de traders à haute fréquence, a appris mardi l’AFP.

Ce test va s’appliquer aux options sur des actions allemandes et françaises à compter du 3 juin et pour une durée prévue de six mois. Une option donne le droit à un investisseur d’acheter ou de vendre un nombre déterminé d’actions à un prix fixé par avance et à une échéance donnée.

Concrètement, la filiale de Deutsche Börse va imposer une pause forcée aux participants sur le marché qui utilisent des ordinateurs surpuissants pour passer une multitude d’ordres à une vitesse extrême, capable d’atteindre un millionième de seconde.

Ces ordres dits «agressifs», soit exécutés immédiatement dans le carnet d’ordres, sans recours à un intermédiaire, «seront ‘parqués’ pendant une milliseconde», explique la Börse dans un message transmis à l’AFP.

Cela semble très peu, mais représente un instant crucial dans le monde des transactions boursières fonctionnant à très haute vitesse.

Ce ralentissement forcé doit permettre aux autres participants qui fournissent des liquidités sur le marché «de se concentrer sur les besoins des clients finaux et des investisseurs institutionnels», ajoute la Börse.

La Bourse de dérivés Eurex, un leader en Europe avec le Liffe de Londres, compte selon ses dires un tiers de négociants dits à haute fréquence. Leur emprise est de 50 à 60% dans les opérations sur options.

En raison de ses risques - volatilité accrue, manipulations de marché ou erreurs techniques - la négociation à haute fréquence est maintenant soumise à une réglementation relativement stricte.

Jusqu’à présent, ces limitations de vitesse étaient courantes sur les Bourses américaines, où elles sont appelées «ralentisseurs» (speed bumps).

La Bourse Intercontinental Exchange (ICE) a ainsi annoncé à la mi-février son intention d’imposer un arrêt de 3 millisecondes pour les ordres passés sur des contrats à terme sur l’or et l’argent.