Le pétrole monte encore en cours d’échanges européens

AWP

1 minutes de lecture

Vers 12h, le Brent affiche une progression de 11 cents à 64,47 dollars et le WTI repasse au-dessus des 64 dollars. Le brut profite d’un dollar moins fort.

Les prix du pétrole poursuivaient leur hausse jeudi en cours d’échanges européens, rassérénés par la baisse du dollar et par une hausse moins élevée que prévu des réserves américaines.

Vers 11h00 GMT (12h00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril valait 64,47 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 11 cents par rapport à la clôture de mercredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de «light sweet crude» (WTI) pour le contrat de mars prenait 40 cents à 61,00 dollars.

Les cours de l’or noir, qui évoluaient mercredi en début de séance proches de leur plus bas en plus d’un mois, se sont ressaisis sur la séance et continuaient de monter légèrement jeudi.

«Il n’y a pas de surprise, le pétrole s’est repris en même temps que les actions américaines et alors que le dollar reculait», a commenté Tamas Varga, analyste chez PVM.

Les actions et le pétrole sont perçus comme des actifs risqués, par opposition au dollar ou aux obligations, et profitent donc de la confiance des investisseurs.

Par ailleurs, la baisse du dollar, qui sert de référence aux prix du baril, permet d’effectuer des achats à bon compte en utilisant d’autres devises.

Les marchés digéraient par ailleurs les données de l’Agence américaine d’information sur l’énergie (EIA), qui ont fait état d’une hausse moins marquée que prévu des réserves de brut des Etats-Unis la semaine dernière.

Certains analystes ont également souligné que les stocks de Cushing (Oklahoma, sud des Etats-Unis), qui servent de référence aux prix de New-York, avaient reculé.

«Les périodes de maintenance des raffineries de la région de Cushing ne commencent pas avant le printemps, alors qu’elle est entamée dans les autres zones, ce qui explique cette divergence», ont expliqué les analystes de Société Générale.