Bourses européennes: hausse quasi-générale malgré l’Italie

AWP

2 minutes de lecture

L’Eurostoxx 50 a gagné 0,38%.

La plupart des Bourses européennes ont fini mercredi en hausse, à l’exception des places parisienne et suisse, profitant d’un certain apaisement des courtiers face à la situation politique en Italie.

A Wall Street, les indices rebondissaient nettement vers 16H10 GMT: l’indice vedette Dow Jones Industrial Average prenait 1,14% à 24.638,32 points, le Nasdaq 0,96% à 7.467,64 points, et l’indice élargi S&P 500 1,25% à 2.723,35 points.

«Il s’agit clairement d’un rebond de soulagement», a estimé Nathan Thooft de Manulife Asset Management.

La veille, les Bourses européennes et Wall Street avaient fini en nette baisse, les incertitudes en Italie mais aussi en Espagne ayant alimenté la nervosité des investisseurs.

L’Eurostoxx 50 a gagné 0,38%.

La Bourse de Paris a cédé 0,20% pour la sixième séance d’affilée, toujours affectée par la vacance du gouvernement en Italie mais dans des proportions moindres que la veille. L’indice CAC 40 a perdu 10,71 points, à 5.427,35 points, dans un volume d’échanges élevé de 5 milliards d’euros. Vivendi a enregistré la plus forte baisse de l’indice avec un recul de 3,64% à 21,43 euros. Très affecté par la crise italienne, le secteur bancaire a fini en ordre dispersé: Crédit Agricole (-1,29% à 11,89 euros), BNP Paribas (+0,07% à 54,24 euros) et Société Générale (+1,34% à 37,48 euros). Voluntis a perdu 8,30% à 12,84 euros, pour sa première journée de cotation.

La Bourse de Londres s’est ressaisie (+0,75%), s’accordant un peu de répit après avoir souffert la veille des incertitudes politiques en Italie. L’indice FTSE-100 a pris 56,93 points, à 7.689,57 points. Le marché britannique a été aidé par la forte hausse des valeurs pétrolières: BP a pris 2,56% à 573,50 pence et Royal Dutch Shell (action «B») 2,28% à 2.687 pence. Les valeurs financières ont terminé en ordre dispersé. Barclays a gagné 0,21% à 199,18 pence et HSBC 0,36% à 725,80 pence, alors que Lloyds Banking Group a perdu 0,14% à 64,20 pence et RBS 1,39% à 276,10 pence.

A la Bourse de Francfort, le Dax a gagné 0,93% soit 117,25 points, à 12.783,76 points, et le MDax 0,29%, à 26.355,69 points. Bayer a terminé en tête (+3,91% à 102,70 euros), après le feu vert du département américain de la justice au rachat de Monsanto, au prix d’importantes cessions d’activités pour un total proche de 9 milliards de dollars, le repreneur étant l’allemand BASF (+0,77% à 85,94 euros). Merck, le concurrent de Bayer, a gagné 3,94% à 88,62 euros. Deutsche Börse a avancé de 1,03% à 113,00 euros. Le nouveau patron Theodor Weimer, a indiqué que 350 personnes devront quitter l’entreprise, sur environ 5.000 dans le monde.

La Bourse de Milan a bondi de 2,09% à 2.798 points, en dépit la crise politique en Italie. Les valeurs bancaires se sont ressaisies. Mediobanca, en tête de tableau, a grimpé de 7,06% à 8,224 euros, Finecobank de 6,44% à 8,468 euros, Banca Generali de 3,99% à 20,84 euros, Banco BMP de 3,24% à 2,168 euros. C’est le géant mondial de l’équipement agricole et d’engins de travaux publics, CNH Industrial, qui a enregistré la plus forte baisse (-1,37% à 10,105 euros), devant Yoox Net-A-Porter (-0,11% à 37,95 euros).

La Bourse de Madrid est repassée dans le vert, progressant de 0,47% à 9.566,20 points. Le secteur bancaire, particulièrement plombé la veille, a rebondi: Banco Santander gagne 1,11% à 4,67 euros, BBVA 0,65% à 5,92 euros et CaixaBank 1,11% à 3,73 euros. Le secteur de la construction progresse (ACS +2% à 36,19 euros; Acciona +2,8% à 66,12 euros). Le pétrolier Repsol signe la plus forte hausse (+4,19% à 16,31 euros), tandis que le géant du textile Inditex (Zara) enregistre la plus forte baisse (-2,32% à 27,40 euros). Le secteur immobilier termine également dans le rouge (Merlin Properties -0,92% à 11,80 euros; Inmobiliaria Colonial -0,39% à 9,03 euros).

A Zuich, la Bourse suisse a fini dans le rouge, l’indice SMI perdant 0,68% à 8.578,68 points. Toutes les valeurs ont plongé, sauf Swatch qui a réussi de justesse à garder la tête hors de l’eau (+0,08% à 475,00 CHF). Son concurrent Richemont a reculé de 1,07% à 90,60 CHF. Les plus fortes baisses ont été enregistrées dans le secteur bancaire : Credit Suisse (-1,13% à 15,30 CHF). UBS (-0,43% à 15,17 CHF) et Julius Baer (-1,78% à 58,54 CHF), lanterne rouge. Les poids lourds de l’indice ont également été chahutés: Nestlé a reculé de 1,10% (75,26 CHF), Novartis de 0,11% à 74,52 CHF et Roche de 0,99% à 214,00 CHF).

A Lisbonne, le PSI 20 a engrangé 1,39%, à 5.443,56 points. La plupart des valeurs étaient en hausse, à l’instar de Galp energia (+1,87% à 15,78 euros), EDP-Energias (+1,10% à 3,39 euros) et Jeronimo Martins (+0,52% à 13,52 euros).

L’indice AEX de la Bourse d’Amsterdam a gagné 0,51% à 557,60 points. A la hausse, l’assureur ASR Nederland a pris 1,99% à 36,82 euros et le groupe de télécoms et médias Altice a gagné 1,97% à 3,06 euros. A la baisse, le groupe Aalberts Industries a chuté de 0,92% à 42,11 euros et le brasseur Heineken a perdu 0,83% à 86,26 euros.

A la Bourse de Bruxelles, l’indice Bel-20 a pris 0,64%, à 3.784,65 points. L’entreprise de métaux Umicore affichait la meilleure performance: +4,03% à 49,29 euros. Seules quatre valeurs étaient dans le rouge, avec l’opérateur Telenet au bas du tableau: -1,21% à 44 euros.