Bonds Europe: le marché de la dette reprend son souffle

AWP

1 minutes de lecture

Le taux d’emprunt à 10 ans de l’Allemagne s’est un peu tendu à -0,34% contre -0,39% lundi à la clôture.

Le marché de la dette a un peu rebondi mardi après avoir été pris d’assaut la veille par des investisseurs qui demeurent inquiets de l’impact du coronavirus mortel en provenance de Chine.

«Il est impossible d’avoir une vision précise de l’ampleur du phénomène et de l’impact économique qui peut en découler», estime Franck Dixmier directeur des gestions obligataires de AllianzGI.

«Le marché va évoluer au gré des nouvelles sur le sujet», sachant que «l’impact économique pour la Chine pourrait être sérieux» si l’épidémie durait. Une «potentielle pandémie pourrait faire dérailler la stabilisation de l’économie mondiale», a-t-il ajouté.

Quoi qu’il en soit, «l’appétit pour les obligations ne se dément pas», souligne-t-il, illustré selon lui, par une émission obligataire de deux milliards d’euros de la Grèce à échéance 15 ans, qui a enregistré une demande de 15 milliards d’euros et un record pour une nouvelle obligation à 30 ans de la France.

Car «dans l’incertitude, les investisseurs préfèrent les obligations aux actions», note-t-il.

Les premiers cas de contamination entre humains ont fait leur apparition mardi hors de Chine, où le nouveau coronavirus a fait plus de 100 morts, tandis que Pékin appelait les Chinois à ne pas quitter leur pays.

Le régulateur chinois des marchés financiers a appelé mardi les investisseurs à «analyser rationnellement» l’impact de l’épidémie de pneumonie virale, tandis que la banque centrale chinoise promettait de maintenir «l’ample liquidité» du système financier.

Par ailleurs, à la veille de la prochaine réunion monétaire de l’année de la Réserve fédérale américaine (Fed), «le marché n’anticipe aucune baisse des taux» mais «il sera intéressant de voir si la Fed va justifier et documenter un peu plus qu’elle ne l’a fait précédemment le bien-fondé de ses actions» en termes d’achats d’actifs et «quel calendrier elle affecte à cela», souligne M. Dixmier.

A 18H00 (17H00 GMT), le taux d’emprunt à 10 ans de l’Allemagne s’est un peu tendu à -0,34% contre -0,39% lundi à la clôture du marché secondaire, où s’échange la dette déjà émise.

Le rendement de même maturité de la France a suivi la même tendance, à -0,09% contre -0,13% à l’instar du taux d’emprunt espagnol à 10 ans, à 0,31% contre 0,27%.

Le taux de rendement à 10 ans du Royaume-Uni a lui aussi progressé à 0,55% contre 0,51%.

Le rendement à dix ans de l’Italie est resté stable à 1,03%.

Aux États-Unis, le taux d’emprunt à dix ans remontait à 1,648% contre 1,608%, tout comme celui à 30 ans, à 2,102% contre 2,057%. Celui à deux ans s’établissait pour sa part à 1,461% contre 1,440%.