Bonds Europe: détente des taux d'emprunt européens et américains

AWP

1 minutes de lecture

Le taux d’emprunt à 10 ans de l’Allemagne s’est légèrement détendu, à -0,022 contre -0,012% jeudi.

Les taux d’emprunt européens se sont détendus vendredi, dans le sillage des taux américains, après des chiffres qui alimentent le climat de politique monétaire accommodante aux Etats-Unis.

«Les taux se détendent aux Etats-Unis et un petit peu partout, y compris en Europe», a constaté Guillaume Rigeade, gérant chez Edmond de Rothschild Asset Management, interrogé par l’AFP.

«Les chiffres américains ont été un soutien pour les marchés obligataires. En même temps que la surprise à la hausse du Produit intérieur brut américain du premier trimestre est sortie l’inflation sous-jacente aux Etats-Unis inférieure aux attentes», explique l’expert.

«La croissance n’a pas déçu mais les indicateurs d’inflation montrent un ralentissement qui s’accentue», ce qui «renforce l’idée que la pause de la Réserve fédérale américaine risque d’être durable», étaye-t-il. 

Pour l’instant, le Comité monétaire (FOMC) de la Fed prévoit de laisser les taux inchangés cette année. La prochaine réunion monétaire de la Banque centrale est prévue les 30 avril et 1er mai.

Dans le courant de la semaine, plusieurs Banques centrales ont envoyés des signaux qui renforcent le climat actuel de politique monétaire accommodante.

La Banque du Japon (BoJ) a livré jeudi ses nouvelles prévisions d’inflation, faisant le constat que sa cible de 2% ne serait pas atteinte avant très longtemps, malgré des années d’une politique monétaire ultra-accommodante, qu’elle maintiendra «jusqu’au printemps 2020 au moins».

La Banque centrale du Canada a annoncé mercredi le maintien à 1,75% de son taux directeur, conformément aux prévisions du marché. Elle a précisé qu’elle continuera d’évaluer le «degré approprié de la détente monétaire» en suivant en particulier «l’évolution des dépenses des ménages, des marchés pétroliers et des politiques commerciales mondiales». 

Elle a supprimé de son communiqué de politique monétaire le passage évoquant un possible resserrement dans les mois à venir, «ce qui signifie qu’elle envisage désormais non plus seulement un relèvement, comme elle le faisait depuis un an et demi, mais aussi une baisse», traduit M. Rigeade.

En Australie, «les chiffres de l’inflation sont ressortis en-dessous des attentes, ce qui laisse supposer que la Banque centrale australienne pourrait baisser les taux cette année», a-t-il ajouté.

Par ailleurs, au cours de la séance, une certaine «volatilité a été constatée sur les taux italiens» en attendant que l’agence Standard and Poor’s actualise ce vendredi sa notation de l’Italie, selon M. Rigeade.

À 18H00 (16H00 GMT), le taux d’emprunt à 10 ans de l’Allemagne s’est légèrement détendu, à -0,022 contre -0,012% jeudi à la clôture du marché secondaire, où s’échange la dette déjà émise.

Celui de la France a également légèrement baissé, à 0,350% contre 0,367%, à l’instar de l’Italie, à 2,582% contre 2,686%.

Celui de l’Espagne s’est détendu à 1,021% contre 1,085%.

En dehors de la zone euro, le taux d’emprunt britannique a légèrement régressé, à 1,140% contre 1,153%.

Aux États-Unis, le rendement à 10 ans se détendait, à 2,502% contre 2,532% jeudi, tout comme celui à 30 ans, à 2,918% contre 2,942%. Celui à deux ans s’établissait à 2,328% contre 2,332%.