Société Générale: le bénéfice annuel bondit de 38%

AWP

2 minutes de lecture

Parallèlement à ces résultats, le groupe a annoncé une révision de son objectif de rentabilité de fonds propres tangibles, désormais entre 9 et 10% pour 2020.

Société Générale, qui clôt 2018 avec un bénéfice net annuel supérieur aux attentes, a annoncé jeudi un vaste réajustement de ses objectifs financiers et de sa banque d’investissement pour 2020, anticipant des vents contraires.

Contexte géopolitique incertain, taux bas persistants dans la zone euro et anticipations de contraintes réglementaires conduisent le groupe bancaire à «adapter l’exécution et les cibles financières de son plan» stratégique, justifie-t-il dans un communiqué.¨

Indicateur surveillé par les marchés, l’objectif de rentabilité de fonds propres tangibles (ROTE) du groupe est ainsi abaissé à 9-10% contre 11,5% initialement prévus dans la feuille de route stratégique du groupe, présentée en novembre 2017.

Les objectifs de rendement des fonds propres (RONE) sont également revus à la baisse tant pour la banque de détail en France et que pour la banque de financement et d’investissement.

Reste que Société Générale a publié un bénéfice net 2018 de 3,9 milliards d’euros, un bond de 38% par rapport à 2017, année durant laquelle elle avait épongé des frais de restructuration et de contentieux.

Ce résultat, supérieur aux attentes des analystes consultés par Factset, s’affiche quasiment stable (-0,5%) une fois retraité d’éléments exceptionnels et comptables.

Même tendance pour le produit net bancaire du groupe, équivalent du chiffre d’affaires, qui ressort en progression de 5% sur la période à 25,2 milliards d’euros, mais, une fois retraité, augmente à peine (+0,6%).

Sur l’année, la banque de détail et les services financiers internationaux enregistrent les meilleures performances tandis que la banque de détail en France dégage un bénéfice en hausse malgré des revenus en recul.

Plus contrasté, le pôle «banque de grande clientèle et solutions investisseurs» pâtit de la baisse des revenus des activités de marché, comme l’avait annoncé l’établissement bancaire à la mi-janvier.

Il enregistre ainsi un bénéfice net en recul de 25% et une rentabilité sur fonds propre de 7,9% sur l’année bien éloignée de l’objectif de 14% en 2020.

Banque d’investissement sous pression

Conséquence, Société Générale va mettre au régime sa banque de financement et d’investissement avec le déploiement d’un plan de réduction des coûts d’environ 500 millions d’euros et en visant une baisse des frais généraux de 6,5% en 2020 plutôt qu’une stabilité.

Ces nouvelles économies viendront s’ajouter à celles initialement prévues d’un montant de 1,1 milliard d’euros. Société Générale précise avoir déjà épargné 400 millions d’euros sur la période 2017-2018.

Autre mesure choc, la banque a décidé de réduire la voilure de ses activités de marché, qui se concentreront sur les segments les plus rentables. Ce «recentrage» se traduira par une baisse de plus de 10% du bilan de cette branche, soit une réduction des encours pondérés d’environ 8 milliards d’euros.

Pour piloter ces changements, deux nouveaux dirigeants ont été nommés à la tête des activités de marchés et de la banque privée et gestion d’actifs.

Société Générale anticipe par ailleurs un manque à gagner de l’ordre de 500 millions d’euros sur ses revenus d’ici à 2020 après avoir revu à la baisse ses hypothèses de taux d’intérêt en zone euro.

Enfin, le groupe souhaite accélérer et augmenter l’objectif de son programme de cessions, pour représenter 7 à 8% des actifs pondérés du risque, contre 5% initialement, soit un montant d’au moins 26 milliards d’euros.

Société Générale compte ainsi renforcer sa solvabilité et confirme son objectif de ratio de fonds propres - indicateur de solidité financière en cas de coups durs - à 12% en 2020 contre 10,9% à fin décembre 2018.

La banque a entamé un recentrage stratégique de son portefeuille pour se focaliser sur les marchés possédant une taille critique et de potentielles synergies.

Elle a ainsi racheté les activités actions et matières premières de son homologue allemande Commerzbank. Mais elle a surtout engagé huit cessions depuis début 2018, qui contribuent à hauteur de 125 millions d’euros au résultat net, mentionne le groupe.

Société Générale s’est notamment délestée d’Euro Bank (Pologne) et a cédé ses parts dans SG Albanie, Express Bank (Bulgarie), Self Trade Bank (Espagne) et dans la banque privée en Belgique. Dernièrement, elle a annoncé la vente d’une partie de ses activités en Afrique du Sud et celle de sa filiale moldave mercredi.