Messageries piratées: la BCGE juge l’information erronée

Communiqué, BCGE

1 minutes de lecture

Les adresses électroniques professionnelles de collaborateurs de la banque n’ont pas été piratées.

Un article de presse, sur internet, a fait mention d’un piratage des adresses électroniques professionnelles de collaborateurs de la banque. De fait, ces messageries n’ont pas été piratées. Aucun dommage pour la banque ou ses clients n’est à déplorer. 

Un phénomène connu 

Un récent article a fait état d’adresses électroniques de différentes banques, servant d’identifiants, qui ont été retrouvées sur un fichier recensant des piratages informatiques. Ce phénomène est bien connu des entreprises, tous secteurs confondus, et des privés. Il s’agit d’identifiants, permettant l’accès à des sites externes, qui correspondent à des adresses électroniques de collaborateurs de la BCGE. Ce sont ces sites externes qui ont été piratés. 

La messagerie électronique de la banque n’est pas concernée. 
Quelques cas isolés 

La grande majorité des cas répertoriés correspond dans les faits à des adresses qui n’ont jamais existées ou qui n’existent plus. Dans quelques cas, des nécessités professionnelles justifient pleinement cette pratique. 

L’intégrité des systèmes est préservée 

La cybersécurité fait partie des préoccupations essentielles de la banque. Constamment renforcée, elle répond aux standards les plus élevés de l’industrie.