Bonne croissance pour la BC Thurgovie au premier semestre

AWP

1 minutes de lecture

Le secteur gestion de fortune de la banque dirigée par Heinz Huber a particulièrement performé.

La Banque cantonale de Thurgovie (TKB) a connu une progression généralisée dans toutes ses activités au premier semestre, portée par son cœur de métier. L'évolution s'est révélée encore plus fructueuse dans la gestion de fortune. Le résultat est légèrement amélioré.

Le bénéfice net s'est inscrit à 72,9 millions de francs, en hausse de 1,4% sur un an, a indiqué mardi la banque cantonale. Le résultat opérationnel s'est étoffé de % à 80,6 millions.

Les recettes ont gonflé de 5,7% à 170,1 millions de francs. Principale source de revenus, les opérations d'intérêt ont dégagé un résultat net de 123,2 millions de (+3,5%). En termes de volumes, les créances hypothécaires ont crû de 1,2% sur six mois à 18,39 milliards de francs.

La diversification dans la gestion de fortune semble porter ses fruits. Les opérations de commissions et de prestations de services ont généré des recettes de 28,2 millions, en augmentation de 11,4% en rythme annuel.

La masse sous gestion est restée stable par rapport à fin décembre à 17,89 milliards. Les entrées nettes d'argent ont atteint 259 millions.

Les dépenses ont pesé un peu plus sur le compte de résultat à 81,5 millions (+2,3%). Au terme de la période sous revue, la TKB employait 756 personnes. Le ratio coût/revenus a néanmoins été amélioré sur six mois de trois points de pourcentage à 47,7%. Cet indicateur devrait rester sous les 50% cette année, a précisé à AWP le directeur général (CEO) Heinz Huber.

Pas d'effet Raiffeisen

En comparaison à fin décembre, la somme du bilan a pris 2,1% à 22,8 milliards.

Pour l'exercice 2018, la banque s'attend toujours à un résultat d'exploitation inférieur à celui de l'année précédente, sans toutefois donner davantage de détail. Ces perspectives négatives s'expliquent par la dissolution de provisions qui avaient gonflé la performance en 2017, selon M. Huber.

A 13h45, le titre TKB perdait 0,5% à 103,50 francs, dans un SPI en hausse de 0,31%.

Questionné en conférence de presse sur les turbulences que traverse actuellement Raiffeisen Suisse, M. Huber a expliqué que cela n'avait aucune influence positive en termes d'acquisition de clients.

La coopérative bancaire, basée dans le canton voisin de Saint-Gall, se cherche toujours un patron. Le poste n'intéresse pas Heinz Huber, qui n'est pas prêt de changer de crémerie. «Je me plais beaucoup à la TKB. Je profite de la confiance du conseil de banque. (...) Je n'ai pas d'ambition», a-t-il lancé en réponse à un journaliste.