BNP Paribas lutte contre les pannes informatiques

AWP

1 minutes de lecture

«Nous rencontrons un incident général sur nos sites et applications mobiles. Nos équipes techniques travaillent à sa résolution», indique le groupe bancaire.

Le groupe bancaire BNP Paribas a connu vendredi une nouvelle panne de son site internet, cet incident survenant après plusieurs autres signalés depuis début janvier au grand dam de clients qui manifestent leur mécontentement en ligne.

L’accès au site internet du premier groupe bancaire français était impossible dans la matinée, a pu constater l’AFP.

«Nous rencontrons un incident général sur nos sites et applications mobiles. Nos équipes techniques travaillent à sa résolution», affiche le groupe bancaire sur son site client.

Depuis le 1er janvier 2018, c’est le septième incident informatique signalé par les utilisateurs sur le site downdetector.fr où les commentaires de clients mécontents s’accumulent, tout comme sur Twitter.

Déjà jeudi, l’accessibilité des services en ligne et dans les agences était affectée par une panne. Son origine était interne, avait alors indiqué une porte-parole de BNP Paribas.

Vendredi, BNP Paribas assurait dans un communiqué transmis à l’AFP qu’»un incident informatique interne au niveau des réseaux télécom (était) intervenu et (avait) été immédiatement identifié et corrigé».

Les «services en agences ainsi que (les) services de paiements internationaux sont entièrement rétablis», garantit le groupe précisant que les sites internet et applications «sont progressivement remis en service» et «qu’un retour à la normale s’effectuera dans le courant de la journée».

En interne, les réactions à ces bugs informatiques à répétition sont contrastées. «Le système informatique est à bout de souffle», a estimé François Besnard de la CGT, interrogé par l’AFP. «Tout est bloqué, bonjour la productivité», ajoute le syndicaliste.

«Il y a eu des bugs un peu pénalisants mais ce n’était pas tout le temps et pas pour tous les applicatifs, la banque a continué de tourner même si ça a dû occasionner une gêne chez les clients», a nuancé pour sa part Joël Debeausse du syndicat SNB auprès de l’AFP.

Il n’y a «pas d’inquiétude en interne» en tout cas, affirme-t-il, rappelant les investissements massifs du groupe dans son système informatique.

Les charges prévues par le groupe d’ici 2020 pour la transformation - numérique notamment - devraient atteindre jusqu’à 2,7 milliards d’euros, selon les chiffres communiqués début février par BNP Paribas lors de la présentation de ses résultats annuels.

En 2018, le groupe bancaire français a dégagé un bénéfice net de 7,53 milliards d’euros et des revenus de l’ordre de 42,5 milliards d’euros.