Trois valeurs à l'achat

Salima Barragan

2 minutes de lecture

Focus sur trois valeurs européennes de croissance avec Carl Auffret de DNCA Finance.

Chimie, hygiène, jeux en ligne; l’univers des valeurs européennes de croissance regorge d’opportunités qui se prêtent à l’actualité. Pour choisir ses titres, Carl Auffret, gérant chez DNCA Finance, s’appuie sur huit critères, dont une croissance future du chiffre d’affaires égale ou supérieure à 5%. Focus sur ses trois derniers achats.

Lonza, le nouveau partenaire de Moderna

Lonza est le leader mondial de la production de molécules complexes telles que les anticorps monoclonaux. Il travaille autant avec les grands laboratoires (Roche, Sanofi) que les biotechs. Ces dernières, qui capitalisent en priorité sur leurs équipes de recherche et développement ne disposent pas des capacités de production, que Lonza leur met à disposition pour préserver leur indépendance. «Lonza est une société idéalement positionnée pour profiter de la croissance du secteur de la santé sans prendre de risque sur une molécule spécifique», explique Carl Auffret. Cependant, le groupe helvétique a récemment signé un accord de dix ans avec la société US Moderna Therapeutics pour la production de leur vaccin contre le COVID-19. Cerise sur le gâteau? «A ce jour, il s’agit du projet le plus avancé et le plus prometteur, mais il faut encore faire preuve de prudence tant que les essais cliniques sont en cours», tempère-t-il. Néanmoins, le marché semble apprécier cette perspective et le titre s’échange à plus de 47 fois les bénéfices.

«Grace à la forte croissance attendue, l'équipe dirigeante
investira davantage en marketing et en publicité.»
Reckitt Benckiser, le pro de l’hygiène

Le groupe anglais jouit d’un excellent positionnement sur les produits domestiques avec les marques Lysol, Dettol, Vanish et Airwick, sur les médicaments sans prescription avec Strepsils et aussi sur les préservatifs avec Durex (25% du marché mondial). Convaincu que la crise sanitaire permettra à ces marques de poursuivre leur développement, le gérant a acheté le titre à hauteur de 3,5% de son portefeuille: «Grace à la forte croissance attendue des ventes pour cette année, la nouvelle équipe dirigeante investira davantage en marketing et en publicité à un moment où le coût des grilles publicitaires s’amenuise». Enfin, rappelons que Reckitt Benckiser est gourmand en pétrole (une matière première intervenant dans la fabrication de nombreux produits) et profite ainsi de la chute des cours qui soutiendra davantage ses marges.

Parier sur Flutter

La maison britannique de jeux en ligne, qui est née de la fusion entre Paddy Power et Betfair, est le leader mondial des paris sportifs en ligne. «L’arrêt des compétitions sportives de mars à avril a sévèrement affecté ses activités, mais la croissance sera de retour dès que la situation redeviendra à peu près normalisée», estime Carl Auffrey qui pense en particulier au marché américain où les activités de paris sont en train d’être légalisées dans certains Etats. «Le New Jersey, la Pennsylvanie, l’Indiana, le New Hampsire et la Virginie ont déjà emboîté le pas. La marque locale du groupe, Fanduel, y est désormais en première position juste devant le groupe américain Draftkings récemment coté à la bourse de New York et dont la performance a déjà atteint 176% depuis le début de l’année», poursuit-il. Enfin, Flutter va prochainement fusionner avec le groupe canadien TSG qui possède une importante gamme jeux en ligne particulièrement prisée durant la période de confinement. «Cette fusion permettra une très grande complémentarité au niveau du mix produits, des marchés géographiques et de la clientèle», ajoute-t-il.