Synthèse hebdomadaire de J.P. Morgan Asset Management

Vincent Juvyns, J.P. Morgan Asset Management

1 minutes de lecture

Les derniers chiffres des indices des directeurs d’achat (PMI) montrent que les prix des facteurs de production ont augmenté sensiblement en réaction à la perturbation de l’offre.

Réflexion de la semaine

Les pays ont dépensé des sommes colossales durant l’année écoulée afin de protéger leur économie de la pandémie. S’ils ont pu le faire, c’est surtout parce que les banques centrales ont maintenu les coûts d’emprunt à un niveau bas sans crainte d’une hausse de l’inflation. Aujourd’hui pourtant, les derniers chiffres des indices des directeurs d’achat (PMI) montrent que les prix des facteurs de production ont augmenté sensiblement en réaction à la perturbation de l’offre. Les exportations mondiales ont reculé et les retards d’approvisionnement sont proches de plus hauts sur 15 ans, ce qui exerce des pressions haussières sur les prix. La question centrale pour les investisseurs est de savoir si cela risque d’être un choc à court terme ou de marquer le début de tensions inflationnistes plus durables. Alors que les investisseurs envisagent la possibilité d’une remontée de l’inflation, les flux d’investissement dans les fonds en titres du Trésor américain protégés contre l’inflation ont été massifs depuis le début de l’année. Le risque principal pour les marchés actions est que le soutien apporté par les banques centrales disparaisse inopinément en raison d’une hausse de l’inflation, ce qui pourrait provoquer une augmentation des rendements et peser sur les valorisations élevées des actions.

 

 


 

A lire aussi...