Les premiers grands changements dans le système se dessinent

Beat Thoma, Fisch Asset Management

1 minutes de lecture

La faiblesse du dollar américain est un signal d'alarme.

L'équilibre entre les forces positives et négatives sur les marchés financiers et en matière de développement économique mondial reste en place pour le moment. Nous sommes toujours dans l'environnement Goldilocks (politique monétaire liquide, faible inflation et reprise économique - bien que relativement faible - après le choc). Il existe également un «mur d'inquiétude» sous la forme d'une évaluation réaliste de la situation par de nombreux acteurs du marché et consommateurs. Historiquement, cette combinaison a toujours apporté un soutien solide aux marchés des actions et du crédit, comme nous le constatons actuellement.

Toutefois, les premiers changements majeurs du système commencent à se faire sentir. Pour la première fois depuis le déclenchement de la crise de COVID-19, le dollar américain baisse de manière significative, réagissant ainsi à la politique monétaire extrêmement expansive de la Réserve fédérale américaine. Le prix de l'or et de divers métaux industriels le reflète déjà par des hausses importantes. Il y a donc la possibilité d'une réaction en chaîne déclenchée par la faiblesse du dollar: la hausse des prix des matières premières entraîne des attentes d'inflation plus élevées et réduit donc la marge de manœuvre des banques centrales - avec les conséquences correspondantes pour les marchés financiers.

L'économie commence à s'affaiblir à nouveau après une poussée intermédiaire.

Nous suivons donc de près l'évolution de la situation. En effet, la faiblesse du dollar américain représente un changement fondamental dans la réaction actuelle du système financier à la politique monétaire. Divers autres risques subsistent également: l'économie commence à s'affaiblir à nouveau après une poussée intermédiaire (due à une demande refoulée). Dans le même temps, les évaluations des marchés financiers sont à un niveau très élevé, sont devenues déconnectées de la réalité fondamentale et dépendent fortement d'une politique monétaire souple. Et tout cela dans le contexte de nouveaux revers dans la lutte contre la pandémie mondiale.

A court terme, cependant, la baisse du dollar et la politique monétaire liquide devraient encore avoir un effet positif sur les marchés, car les conséquences de la réaction en chaîne susmentionnée ne se feront sentir qu'à moyen terme. Un éventuel dépassement de l'inflation est toléré par les banques centrales et la baisse du taux de change réduit les tensions dans de nombreux marchés émergents. Ces derniers pourront mettre en œuvre leur propre politique monétaire et, par exemple, abaisser les taux d'intérêt sans dévaluer leur propre monnaie.

A lire aussi...