Les notations comme sujet de préoccupation?

Tatjana Greil-Castro & Ian Horn, Muzinich & Co

1 minute de lecture

Les segments BBB+ et BBB- ont fortement progressé, alors qu’il y a eu une nette migration depuis le mode single-A. Quelles sont les raisons?

Dans un contexte d'incertitude mondiale croissante, beaucoup s'inquiètent d'un scénario économique qui exerce une pression généralisée sur les notations de crédit. Ces inquiétudes sont exacerbées autour de la partie du marché notée par BBB, sachant que ces crédits risquent de tomber dans le marché beaucoup plus petit du haut rendement.

Le marché européen noté BBB a connu une croissance significative ces dernières années et représente actuellement près de 50% du marché européen de la catégorie investment grade – soit plus de cinq fois la taille du marché européen noté BB.

En particulier, les segments BBB+ et BBB- ont fortement progressé, alors qu’il y a eu une nette migration depuis le mode single-A. Quelles sont les raisons?

Les entreprises essaient généralement de maintenir ou d’améliorer leurs notations de crédit pour plusieurs raisons, mais principalement pour tirer parti des coûts de financement moins élevés et de l’amélioration de l’accès aux marchés financiers offert aux entreprises les mieux notées.

  • Du point de vue du financement, les avantages potentiels de l’obtention d’une cote unique A par rapport à BBB semblent avoir considérablement diminué.
  • Pour de nombreux émetteurs, passer d'une note de A à BBB n'est pas une préoccupation, étant donné que les investisseurs et les indices ne font généralement que distinguer les notations «investment grade» des notations à haut rendement.
  • Les entreprises surveillent souvent le risque de contrepartie vis-à-vis d'un émetteur grâce à leurs notations de crédit. Ceci – encore une fois – ne pose généralement pas de problème lorsque l'on passe dans le spectre de la notation investment grade.

Le marché BBB, par exemple, est passé de 122,2 milliards d'euros en mai 2014 à 207,3 milliards d'euros en mai 2019. Trois industries représentent 55% de l'augmentation des émissions en circulation.

  • utilités européennes
  • soins de santé
  • secteur industriel de base

En conclusion, nous restons à l'aise pour investir dans des émetteurs européens notés BBB, mais notons que la recherche de crédit est sans doute plus importante que jamais. Nous pensons que le marché BBB doit être abordé avec plus de prudence que de crainte, étant donné que la majeure partie de la croissance a été enregistrée dans la partie la mieux notée du marché ou peut être expliquée par divers changements dans la structure du marché.

Nous pensons également que la croissance récente et la diversification accrue des émissions offrent des opportunités qui peuvent être identifiées grâce à une analyse de crédit fondamentale.

A lire aussi...