Apprivoiser les «poules aux œufs d’or»

Christopher Smart, Barings

4 minutes de lecture

Les entreprises technologiques sont devenues les héros du confinement. Voici maintenant venu le temps du contrecoup.


© Keystone

La technologie est devenue incontournable connectant les travailleurs et les étudiants à distance, retraçant la maladie et offrant des divertissements en streaming pour nous remonter le moral. Mais, après avoir relevé le défi de rendre le confinement vivable, les entreprises technologiques et leurs investisseurs sont confrontés à un avenir plus délicat que jamais.

Les doutes sur le pouvoir des plus grandes entreprises technologiques du monde se sont accumulés depuis des années, mais alors même que la pandémie continue de sévir, les politiciens élaborent une série de nouvelles lois pour répondre à un ensemble de préoccupations allant de la confidentialité des données à l'ingérence électorale. La question qui se pose aux investisseurs, dont les actions des entreprises technologiques ont dégagé de beaux rendements tout au long de la crise et ont fait exploser les bénéfices du deuxième trimestre, est de savoir si ces règles vont permettre d'apprivoiser ces «poules aux œufs d’or» ou de les tuer.

La semaine dernière, les séances d'interrogatoire des dirigeants des grandes entreprises technologiques par le Congrès ont révélé à quel point le débat est devenu émotionnel et complexe, dans la mesure où les électeurs eux-mêmes éprouvent des sentiments très mitigés à leur égard. Ils aiment leurs iPhones mais s'inquiètent de la chaîne d'approvisionnement chinoise. Ils ne peuvent pas s'empêcher de poster des photos de leurs chats, mais ils ne savent toujours pas ce que Facebook fait de leurs données. Un nouveau sondage américain montre que la technologie est un secteur qui a gagné en popularité, même si Facebook, Google et Apple ont perdu du terrain.

Les investisseurs doivent déterminer si les dirigeants
ont une stratégie pour intégrer ces nouveaux outils.

Pour comprendre les difficultés qui attendent les grandes entreprises technologiques, il est important de se rappeler à quel point ces entreprises ont été et continuent d'être disruptives. Les affirmations à tue-tête selon lesquelles «les données sont le nouveau pétrole» passent à côté de l'essentiel. Les entreprises de données et de technologie sont aujourd'hui bien plus importantes que le pétrole.

La plupart des modèles commerciaux ou des activités opérationnelles à succès impliquent la collecte, l'analyse et le traitement d'informations. Il peut s'agir de la recherche médicale ou de la dynamique des marchés financiers. Il peut s'agir de l'assemblage d'une automobile ou de l'exploitation minière du cuivre. La puissante combinaison de communications mobiles, de capteurs à distance, de stockage massif et d'analyses approfondies signifie qu'il existe peu d'activités de ce type qui ne puissent être réalisées beaucoup mieux, beaucoup plus rapidement et beaucoup moins cher.

En particulier, les récents progrès de l'intelligence artificielle offrent désormais la possibilité de combiner des ensembles de données qu'il était trop difficile - voire impossible - de relier en raison d'obstacles géographiques, bureaucratiques ou techniques. Les investisseurs dans pratiquement toutes les entreprises doivent déterminer si les dirigeants ont une stratégie pour intégrer ces nouveaux outils et où en est la concurrence.

C'est là que la magie de la technologie commence et que les cauchemars politiques débutent. Il est tout aussi important maintenant de garder un œil sur cinq domaines auxquels les gouvernements s'intéressent et qui sont susceptibles de bouleverser les modèles d'affaires des entreprises.

  • Compétition: La taille et le succès attirent l'attention, ce qui signifie qu'il n'est guère surprenant que les entreprises qui dominent les recherches sur Internet, les téléphones portables et les médias sociaux fassent l'objet d'un examen minutieux de leurs modèles de prix et du comportement de leurs rivaux commerciaux. Les règles actuelles des trusts et monopoles d'hier n'ont jamais envisagé la domination de Google sur la publicité en ligne ou la part d'Amazon dans les ventes en ligne.

Lors de l'audition du Congrès mercredi dernier, les républicains et les démocrates semblaient étrangement alignés dans leur empressement à imposer certaines règles. Par ailleurs, la puissante autorité européenne de régulation de la concurrence a mené la charge contre les géants technologiques américains et a essayé de ne pas donner l'impression qu'elle menait une campagne antiaméricaine.

Les entreprises technologiques se trouvent à cheval sur un fossé grandissant
entre les règles gouvernementales chinoises et occidentales.
  • Confidentialité: L'Europe a également été à l'avant-garde en matière de protection de la vie privée grâce à son règlement général sur la protection des données (RGPD), qui oblige les entreprises à demander l'autorisation d'utiliser des données personnelles pour chaque objectif spécifique et impose des amendes pouvant atteindre 2 % des recettes mondiales en cas de violation. Entre-temps, une série d'affaires judiciaires ont restreint la manière dont les entreprises américaines traitent les données sur les citoyens européens. La manière dont ces entreprises pourraient être tenues de partager les données avec les agences de sécurité nationale américaines sans avoir la possibilité de contester la décision est encore particulièrement litigieuse.

Bien que louables dans leurs objectifs, ces règles ajoutent de la complexité à toute entreprise ayant un employé ou un client européen, dont les données nécessitent un traitement et une protection particuliers que seules les entreprises de grande taille et disposant de moyens financiers importants peuvent se permettre. En outre, dans ce contexte, il devient encore plus difficile de faire émerger de nouvelles idées.

  • Sécurité: Les besoins traditionnels des services de sécurité nationale et de police sont suffisamment compliqués lorsque les informations ou les preuves se trouvent principalement dans des armoires fermées à clé et qu'il est nécessaire d'obtenir une ordonnance du tribunal. Aujourd'hui, les informations les plus précieuses se trouvent dans le cloud, plongeant les entreprises technologiques au cœur même de ces questions difficiles.

L'impasse entre le Federal Bureau of Investigation (FBI) et Apple concernant l'accès à l'iPhone d'un terroriste présumé a été résolue après que des agents fédéraux aient déclaré avoir obtenu l'accès par leurs propres moyens. Mais les avertissements de James Comey, alors directeur du FBI, selon lesquels les forces de l'ordre sont confrontées à un monde numérique qui "s'assombrit", continuent d'alimenter un débat sur la manière dont les entreprises technologiques concilient la confidentialité des données et les enquêtes criminelles.

  • Liberté: La situation se complique lorsque ces questions se posent dans des pays où les libertés individuelles ne sont pas garanties. En Chine, la loi oblige les citoyens à soutenir le travail des services de renseignement nationaux, rendant ainsi encore plus difficile la résistance à une demande de traque des dissidents politiques. Dans le même ordre d'idées, Google est tout simplement la société la plus importante à avoir enfreint la loi chinoise du «Great Firewall» et d'autres lois de censure.

Une large suspicion concernant le contrôle du gouvernement chinois sur ses entreprises technologiques alimente les craintes quant à la sécurité des champions nationaux chinois Huawei et ZTE. Les entreprises technologiques se trouvent à cheval sur un fossé grandissant entre les règles gouvernementales chinoises et occidentales, notamment en ce qui concerne les services de cloud computing, un secteur en pleine expansion. Dès qu'une partie prétend défendre la sécurité des données, l'autre la dénonce pour avoir protégé ses «champions nationaux».

  • Démocratie: La politique des démocraties pose une autre série de défis aux entreprises technologiques, alors que les pressions s'intensifient autour des plateformes de médias sociaux et des moteurs de recherche pour contrôler les contenus inexacts ou offensants. À l'approche des élections aux États-Unis, on craint en outre une ingérence étrangère, soit par le piratage des systèmes de vote eux-mêmes, soit par l'introduction d'informations fausses ou manipulatrices qui jettent le doute sur la légitimité du résultat.

Tout cela fait que l'un des secteurs les plus dynamiques de l'économie mondiale est de plus en plus influencé par la politique et la réglementation. Les investisseurs doivent garder un œil sur les forces perturbatrices qui continueront à stimuler l'innovation, l'efficacité, le changement et le profit, tout en gardant un œil sur la liste toujours plus longue des régulations.

SURPERFORMANCE TECHNOLOGIQUE (INDEXÉE À 100)

Source: Bloomberg, 30.07.2020

A lire aussi...