Repli des M&A dans la pharma en 2017

AWP

1 minutes de lecture

Les fusions-acquisitions ont diminué de 20% selon EY. La cession des activités établies d’Actelion à Johnson & Johnson a été la plus importante des transactions.

La valeur des fusions acquisitions finalisées dans l’industrie pharmaceutique et des dispositifs médicaux s’est érodée de quelque 20% en comparaison annuelle l’an dernier, pour représenter tout de même 203 milliards de dollars, selon un décompte publié mardi par le cabinet EY. La vente des activités établies du laboratoire biopharmaceutique bâlois Actelion au mastodonte américain diversifié Johnson & Johnson a constitué la plus imposante de ces transactions.

En dépit de cette opération à près de 30 milliards, les biotechnologies n’ont pour une fois représenté qu’un quart environ de l’ensemble des cibles d’acquisition, contre encore près de 80% en 2016. En termes géographiques, l’influence des firmes américaines a poursuivi son déclin rapide, avec une part de 30% en 2017 contre encore 39% en 2016 et plus de 50% en 2015.

Rebond attendu cette année

La retenue adoptée par les entreprises de la branche a accru leur puissance de feu de 10% à 1340 milliards de dollars et le cabinet américain anticipe subséquemment une recrudescence des mouvements de consolidation sur l’exercice en cours.

Les liquidités disponibles pour le segment des dispositifs médicaux ont atteint la valeur record de 256 milliards, tandis que les pharmas spécialisées ont accru leur force de frappe de près d’un quart à 26 milliards.

Les géants technologiques que représentent les américains Amazon, Apple et Alphabet ou encore le sud-coréen Samsung mettent de surcroît la pression sur les prédateurs habituels du secteur. Ces nouveaux acteurs peuvent en effet compter sur des réserves de 1700 milliards pour assouvir leurs appétits sur le juteux marché de la santé, soit d’ores et déjà plus que les 65 plus gros laboratoires de la planète réunis.