Pemex annonce une perte de 18,3 milliards de dollars en 2019

AWP

1 minutes de lecture

Le groupe pétrolier mexicain subit une baisse des recettes des ventes de pétrole brut et une importante charge fiscale.

La compagnie pétrolière mexicaine Pemex, plus grande entreprise publique du pays, a annoncé jeudi une perte de 18,3 milliards de dollars en 2019, soit une hausse de 92% par rapport à l’année précédente.

Pour l’entreprise, déjà accablée par une dette de plus de 100 milliards de dollars, la détérioration de ses finances est à mettre sur le compte d’une baisse des recettes des ventes de pétrole brut et d’une importante charge fiscale.

Selon les résultats publiés jeudi par la société, l’an dernier, les ventes totales de Pemex ont baissé de 16 % par rapport à 2018, alors que pour le quatrième trimestre, la baisse a été de 22% par rapport à la même période en 2018.

«Les variables les plus importantes qui expliquent cette situation sont la baisse du prix du mélange mexicain (brut) d’exportation, la baisse des prix de référence de l’essence et du diesel, et la diminution du volume des ventes intérieures et à l’exportation», a expliqué la société dans un communiqué.

Pemex a indiqué que sa dette a diminué de 4,8 % par rapport à la fin de 2018, «principalement en raison du remboursement anticipé de la dette qui a été effectué dans le cadre de l’opération de gestion du passif en septembre 2019».

Au 31 décembre, la dette de la compagnie pétrolière s’élevait à 105,2 milliards de dollars, selon l’entreprise.

Pemex nécessite notamment plus d’investissements pour inverser la baisse continue de sa production, passée d’une moyenne de 3,4 millions de barils/jour (b/j) en 2004 à 1,6 million de b/j actuellement.

Le gouvernement du président Andrés Manuel López Obrador a déjà injecté quelque 10 milliards de dollars pour tenter d’alléger les finances de Pemex, qu’il considère comme crucial pour la souveraineté nationale.

Mi-2019, l’agence de notation Fitch a déclassé les actions de l’entreprise dans une catégorie spéculative.

A lire aussi...