Novartis finalise la reprise de The Medicines Company

AWP

1 minutes de lecture

L’opération valorise la cible de reprise à près de 10 milliards de dollars. L'action clôture en léger recul.

Novartis a bouclé son offre de rachat sur le laboratoire américain The Medicines Company et son unique traitement anticholestérol expérimental, l’inclisiran. L’opération valorise la cible de reprise à près de 10 milliards de dollars (pratiquement autant en francs).

La multinationale rhénane a récolté en date du 3 janvier environ trois quarts des parts encore en circulation, soit 60,7 millions de titres d’une valeur nominale de 0,1 cent, au prix annoncé de 85 dollars chacune. Quelque 13,7 millions de parts supplémentaires (environ 16,9% du total) font l’objet de promesses de présentation, précise un communiqué publié lundi.

Novartis entend désormais fusionner The Medicines Company avec son entité Medusa Merger Corporation, afin d’en faire une filiale indirecte à part entière. Les détenteurs d’actions restantes se verront offrir en compensation 85 dollars par titre. The Medicines Company sera subséquemment retirée du Nasdaq.

The Medicines Company avait acquis en octobre 2013 les droits sur l’inclisiran auprès de son compatriote Alnylam Pharmaceuticals. Les contours financiers de l’opération n’avaient à l’époque pas été dévoilés.

L’annonce en novembre dernier de cette acquisition avait généré des commentaires partagés de la part des analystes. Le courtier irlandais Bryan Garnier avouait ainsi ne pas bien saisir les motivations de Novartis pour une opération dont les retombées demeurent encore conditionnées au succès d’une homologation de l’inclisiran.

Le cabinet Wolf Research rappellait que l’enthousiasme initial autour des anticholestérols dans le domaine cardiaque avait régulièrement été douché.

Vontobel par contre accueillait une opération stratégiquement pensée pour doper les ventes de l’Entresto, qui constitue pour l’heure l’unique produit de la franchise cardiovasculaire de la multinationale bâloise et peine à s’imposer dans de nouvelles indications.

La transaction représente environ 5% de la capitalisation boursière de Novartis et ne semble pas surévaluée, pour autant que l’inclisiran confirme son pour l’heure présupposé statut de gros moteur de ventes, relevait la Banque cantonale de Zurich (ZKB).

A la clôture, la nominative Novartis a perdu 0,21% à 92,09 francs. Le SMI a fini en baisse de 0,32%.