Le dollar en hausse dans un marché peu affecté par les risques géopolitiques

AWP

1 minutes de lecture

Vers 21h, l’euro perdait 0,38% face au billet vert, à 1,1111 dollar.

Le dollar s’appréciait mercredi face à l’euro et plusieurs autres devises, dans un marché faisant relativement peu de cas des tensions géopolitiques entre les Etats-Unis et l’Iran.

Vers 20H00 GMT (21H00 à Paris), l’euro perdait 0,38% face au billet vert, à 1,1111 dollar.

Le dollar index, qui mesure la valeur du billet vert face à un panier d’autres devises, s’appréciait de 0,30%.

Si les indices boursiers new-yorkais sont montés et que les prix du pétrole ont accentué leur chute après un discours de Donald Trump au cours duquel le président américain a joué la carte de l’apaisement avec Téhéran après des tirs de missiles iraniens sur des bases abritant des soldats américains en Irak, le marché des changes n’a lui pas spécialement réagi.

«Généralement, des nouvelles rassurantes font baisser le dollar. Or, il s’est un peu apprécié dans le sillage des commentaires» de Donald Trump, observe Greg Anderson de BMO.

Pour l’expert, la progression du dollar est plus liée à un rebond technique du billet vert, qui avait reculé de 2% en décembre et a tendance à refaire une partie de ses pertes lors de la première moitié de janvier.

Le recul de l’euro a également été engendré, selon Joe Manimbo de Western Union, par des données décevantes venues d’Allemagne, où les commandes industrielles ont baissé de 1,3% en novembre.

«Ces chiffres dressent un tableau faiblard de la plus grande économie européenne à la fin de l’année 2019», note M. Manimbo.

Le spectre d’une escalade militaire dans le Golfe s’éloignant, les cambistes ont toutefois retrouvé mercredi un appétit pour le risque, ce qui a pesé sur plusieurs valeurs refuge.

Le yen et le franc suisse, après s’être appréciés dans un premier temps face au dollar, ont effacé leurs gains: la devise japonaise perdait 0,73% face au billet vert à 109,24 yens pour un dollar et la devise helvétique lâchait 0,38% à 0,9739 franc suisse pour un dollar.

L’or, qui avait bondi dans la foulée des frappes iraniennes en passant le seuil symbolique de 1.600 dollars l’once et culminé à 1.611,42 dollars, un niveau plus vu depuis mars 2013, retombait, s’échangeant à 1.553,09 dollars (-1,35%).

«Les officiels iraniens ont envoyé un signal clair à travers cette action et les canaux officiels que (ces frappes) sont leur principale réponse» à l’assassinat vendredi du général iranien Qassem Soleimani, ont estimé Derek Halpenny et Fritz Louw, analystes pour MUFG.

«Une escalade majeure est improbable», a renchéri Kit Juckes, analyste pour Société Générale.