L’euro reprend du terrain face au dollar dans l’attente d’un plan d’aide US

AWP

1 minutes de lecture

Vers 21h, l’euro gagnait 0,63% face au billet vert, à 1,1740 dollar pour un euro. La devise britannique progressait pour sa part de 0,22% face au billet vert, à 1,2862 dollar pour une livre.

L’euro et la livre grimpaient mardi face au dollar alors qu’une nouvelle aide budgétaire aux Etats-Unis continue à se faire attendre, ce qui pèse également sur la Bourse new-yorkaise.

Vers 19H00 GMT (21H00 à Paris), l’euro gagnait 0,63% face au billet vert, à 1,1740 dollar pour un euro. La devise britannique progressait pour sa part de 0,22% face au billet vert, à 1,2862 dollar pour une livre.

L’euro avançait légèrement par rapport à la livre sterling, à 91,27 pence pour un euro.

Après l’incursion de l’euro sous la barre test des 1,17 dollar lundi, «c’est le moment de faire une pause et de réfléchir à sa valeur à ce stade», a indiqué Boris Schlossberg, de BK Asset Management.

«La grosse différence entre l’Europe et les Etats-Unis, c’est le stimulus. L’Europe s’y est engagée, les Etats-Unis toujours pas», a-t-il ajouté alors que les démocrates au Congrès ont fait une nouvelle proposition de plan d’aide de 2.200 milliards de dollars, dont le montant semble toujours trop élevé pour le camp républicain.

Pour l’analyste, «les chances d’un accord d’aide avant l’élection présidentielle sont proches de zéro et le meilleur de la reprise en termes de données économiques est déjà derrière nous». «Tout cela crée une solide fondation soutenant l’euro», a conclu M. Schlossberg.

De plus, a souligné Joe Manimbo de Western Union, les cambistes étaient appelés à faire une pause parce que le billet vert devrait signer «en septembre sa meilleure performance mensuelle de l’année», face aux autres devises.

La livre maintenait mardi son avantage sur les principales devises, alors que les négociations sur la future relation commerciale de l’UE et du Royaume-Uni battent leur plein.

La veille, elle avait temporairement gagné plus de 1% face aux deux devises, avant de limiter ses gains à respectivement +0,69% et +0,39%.

«Le bond de la livre lundi a été le reflet d’une ambiance plus optimiste avant le coup d’envoi» d’une semaine qui s’annonce «très, très importante pour la livre», selon Derek Halpenny, analyste pour MUFG.

Les discussions, menées par Michel Barnier côté européen et David Frost côté britannique, ont débuté en milieu de matinée à Bruxelles. Elles doivent s’achever vendredi.

Le temps presse: le Premier ministre britannique Boris Johnson a fixé la date du 15 octobre, jour d’un sommet européen à Bruxelles, pour un accord. Les Européens se sont eux donné jusqu’à fin octobre.

«Il y a encore de l’espoir pour un accord à l’amiable d’ici la fin de l’année», a affirmé Joe Manimbo de Western Union, ce qui soutenait, selon lui, la devise britannique.

«Plus la situation devient difficile avec le COVID-19 au Royaume-Uni, moins Boris Johnson a de marge de manoeuvre pour jouer le dur dans les négociations» avec l’UE, ce qui «pourrait mener à un compromis», a estimé pour sa part l’analyste de BK Asset Management.

Pour les investisseurs, un Brexit sans accord commercial serait néfaste pour l’économie du Royaume-Uni et ils ont tendance à vendre de la livre lorsque les risques d’un tel scénario augmentent.

A lire aussi...