La livre recule, le Royaume-Uni se reconfine

AWP

1 minutes de lecture

Vers 21h, la livre cédait 0,21% face à l’euro à 90,15 pence pour un euro et 0,34% face au dollar à 1,2903 dollar pour une livre.

La livre britannique cédait du terrain lundi face à l’euro et au dollar après l’annonce pendant le week-end d’un reconfinement de l’Angleterre pour au moins un mois pour faire face à la pandémie de COVID-19.

Vers 20H00 GMT (21H00 à Paris), la livre cédait 0,21% face à l’euro à 90,15 pence pour un euro et 0,34% face au dollar à 1,2903 dollar pour une livre.

A partir de jeudi et jusqu’au 2 décembre, les commerces non essentiels, les pubs et les restaurants d’Angleterre devront fermer, mais les écoles resteront ouvertes.

Des reconfinements ont également été appliqués en France vendredi et en Allemagne lundi.

«Le retour à des confinements +partiels+ va entraîner un nouveau trimestre de contraction de l’économie sur les derniers mois de l’année, aussi bien au Royaume-Uni que dans la zone euro, même si nous nous attendons à quelque chose de moins marqué que les plongeons du début de l’année», a estimé Lee Hardman, courtier chez MUFG.

Au Royaume-Uni, les regards des cambistes se tournent désormais vers la Banque d’Angleterre (BoE) et la réunion de son Comité de politique monétaire (MPC) jeudi.

«Le marché tablait déjà sur une augmentation du programme de rachats d’actifs de 100 milliards de livres, avant même l’annonce du reconfinement», souligne M. Hardman, qui juge que la prochaine étape est donc «de voir si la BoE s’approche des taux négatifs».

Le taux directeur de la BoE est fixé depuis mars à 0,1%, un plancher historique.

En septembre, le gouverneur de la BoE Andrew Bailey avait affirmé que l’institution ne prévoyait pas pour l’instant d’utiliser un taux d’intérêt négatif.

De son côté, le billet vert montait un peu face à l’euro (+0,13%), à 1,1632 dollar pour un euro, dans un marché prudent à la veille de l’élection présidentielle américaine.

Alors que les résultats risquent de ne pas être connus dès le soir du scrutin, «les investisseurs doivent se préparer à une volatilité élevée sur les prochaines séances», a prévenu Hussein Sayed, analyste chez FXTM.

La semaine sera aussi marquée aux Etats-Unis par une réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale mercredi et jeudi ainsi que par les chiffres de l’emploi et du taux de chômage pour octobre aux Etats-Unis vendredi.

A lire aussi...