La livre plonge, effrayée à l’idée d’un «no deal» Brexit

AWP

1 minutes de lecture

Vers 21h15, la devise britannique perdait 1,21% face à l’euro, qui s’échangeait pour 91,27 pence.

La livre sterling a plongé jeudi face à l’euro à un plus bas depuis fin octobre, plombée par la perspective de plus en plus crédible de l’absence d’accord entre l’Union européenne (UE) et le Royaume-Uni sur leur relation post-Brexit.

Vers 20H15 GMT, la devise britannique perdait 1,21% face à l’euro, qui s’échangeait pour 91,27 pence.

Elle perdait dans le même temps 0,78% face au billet vert, à 1,3295 dollars.

La monnaie britannique est soumise depuis plusieurs séances à une volatilité très importante et évolue au gré des déclarations des parties prenantes dans la négociation sur les conditions du divorce entre le Royaume-Uni et l’UE.

«De l’extérieur, il semble que les chances de parvenir à un accord diminuent rapidement», a indiqué Neil Wilson, analyste de Markets.com.

La probabilité grandissante «d’un ‘no deal’ accélère les ventes de livre sterling», a souligné Lee Hardman, de MUFG.

L’Union européenne a d’ailleurs publié jeudi des mesures d’urgence en matière de pêche ainsi que de transport routier et aérien, qui seront applicables au 1er janvier si aucun accord post-Brexit n’est conclu d’ici là avec le Royaume-Uni.

«Rien ne garantit que si un accord est trouvé, il pourra entrer en vigueur à temps. Notre responsabilité est de nous préparer à toutes les éventualités, y compris celle de ne pas avoir d’accord en place avec le Royaume-Uni au 1er janvier 2021», a expliqué la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

La publication de ces mesures intervient au lendemain d’un dîner à Bruxelles entre Mme von der Leyen et le Premier ministre britannique Boris Johnson, au cours duquel ils ont constaté des divergences persistantes, se donnant jusqu’à dimanche pour sceller le sort des négociations.

La Banque centrale européenne (BCE) a par ailleurs annoncé jeudi qu’elle prolongeait et augmentait son programme d’urgence face au coronavirus tout en maintenant ses taux directeurs au plus bas.

La monnaie unique, qui navigue à des niveaux les plus hauts en deux ans et demi face au dollar depuis la semaine dernière, s’appréciait nettement de 0,46% face au billet vert, à 1,2136 dollar.

«L’euro a atteint des sommets après que la BCE a stimulé la relance et sa déclaration n’a pas signalé une inquiétude accrue quant à l’appréciation de la monnaie» européenne, a jugé Joe Manimbo de Western Union.

A lire aussi...