Le dollar porté par l’espoir d’un vaccin

AWP

1 minutes de lecture

Vers 21h, le billet vert prenait 0,08% face à la monnaie unique européenne, s’échangeant à 1,1847 dollar pour un euro.

Le dollar se renforçait face à l’euro lundi, profitant de nouvelles avancées sur un vaccin contre le coronavirus, et la livre britannique montait face à l’euro, dopée par des espoirs suscités par des informations sur les négociations post-Brexit.

Vers 20H00 GMT (21H00 à Paris), le billet vert prenait 0,08% face à la monnaie unique européenne, s’échangeant à 1,1847 dollar pour un euro.

Le laboratoire britannique AstraZeneca, en association avec l’université d’Oxford, a annoncé lundi un vaccin efficace à 70% en moyenne contre le coronavirus, voire à 90% dans certains cas, selon les résultats intermédiaires des essais cliniques de grande échelle réalisés au Royaume-Uni et au Brésil.

«Bien qu’encourageantes, cette nouvelle sur le vaccin n’est pas une solution miracle pour les marchés même si elle a pour l’heure aidé le dollar à ralentir son déclin», observe Joe Manimbo de Western Union.

«Le billet vert se situe juste au-dessus d’un plancher qui, s’il était franchi, pourrait accélérer la descente vers des niveaux plus vus depuis mai 2018», prévient l’expert.

La livre gagnait pour sa part 0,42% face à l’euro, à 88,88 pence pour un euro, et 0,41% face au dollar, à 1,3330 dollar pour une livre.

La devise britannique a même atteint, plus tôt dans la journée, son niveau le plus élevé face au dollar depuis septembre, à 1,3398 dollar pour une livre.

La force de la monnaie britannique «reflète l’optimisme de plus en plus important des investisseurs sur les négociations UE-Royaume-Uni, qui seraient en train d’être finalisées», a commenté Lee Hardman, analyste chez MUFG.

La presse britannique a diffusé dimanche une note interne de responsables de l’UE, où ils estiment que l’accord serait «prêt à 95%», tout en soulignant que les sujets de discorde persistent: les droits de pêche, la concurrence et la manière de régler les différends.

«Comme toujours, les informations sur les négociations vont donner la direction de la livre. Après de nombreux faux espoirs et autant de déceptions, nous approchons de la date limite», a souligné Neil Wilson, analyste chez Markets.com.

«La livre a aussi pu profiter des informations qui confirment que le confinement de toute l’Angleterre s’arrêtera bien le 2 décembre, comme prévu», a estimé M. Hardman.

L’économie du Royaume-Uni, pays européen le plus touché en nombre de morts, a été particulièrement affectée par la pandémie de COVID-19, et de nombreux observateurs craignaient une prolongation du confinement commencé début novembre.

A lire aussi...