La livre se reprend, l’euro stable face au dollar

AWP

1 minutes de lecture

Vers 21h30, la monnaie britannique gagnait 0,73% face au dollar à 1,3032 dollar, ce qui représente un bond de plus de 1% par rapport à son plus bas en séance plus tôt dans la journée.

La livre sterling respirait un peu mercredi, récupérant une partie de sa chute de la veille après un entretien entre Ursula von der Leyen et Boris Johnson sur le Brexit, tandis que l’euro était proche de l’équilibre face au dollar.

Vers 19H30 GMT (21H30 à Paris), la monnaie britannique gagnait 0,73% face au dollar à 1,3032 dollar, ce qui représente un bond de plus de 1% par rapport à son plus bas en séance plus tôt dans la journée.

L’euro grappillait dans le même temps 0,06% face au billet vert, à 1,1753 dollar.

Lors d’un appel avec les deux chefs de l’Union européenne, Ursula von der Leyen et Charles Michel, le Premier ministre britannique Boris Johnson a estimé qu’un accord commercial post-Brexit était «désirable», tout en exprimant sa «déception» sur le peu d’avancées ces deux dernières semaines».

Cet échange intervient à un moment critique des négociations, à la veille d’un sommet européen en partie consacré au Brexit et dont Boris Johnson avait fait une date butoir pour qu’un accord soit trouvé.

Mais «cette échéance paraît assez souple», croit savoir Craig Erlam, analyste de Oanda, qui s’appuie sur des rumeurs qui «affirment que Boris Johnson est prêt à poursuivre les négociations au-delà de cette semaine», de quoi faire revenir la livre au-delà de la barre des 1,30 dollar qu’elle a cassée la veille.

Plus tôt dans la journée, l’analyste de MUFG Derek Halpenny avait déjà vu dans cette discussion «un signe positif à ce stade des négociations.»

La monnaie britannique, qui a dégringolé mardi face à l’euro et encore plus face au dollar, reste cependant très sensible et connaît une volatilité forte ces derniers jours.

Les cambistes guettaient par ailleurs le nombre de nouveaux cas de COVID-19, dont l’évolution, si elle n’est pas contrôlée, a tendance à profiter au dollar, considéré comme une valeur refuge, au détriment des autres monnaies dont la livre.

Des déclarations du secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin, qui a clairement indiqué que les positions des démocrates et des républicains étaient très éloignées au sujet d’un nouveau plan de relance, ont également contribué au sentiment d’incertitude sur les marchés.

A lire aussi...