La livre grimpe après un regain d’optimisme sur le Brexit

AWP

1 minutes de lecture

Vers 21h10, la devise britannique gagnait 0,67% face au billet vert, à 1,2832 dollar, et 0,39% face à la devise européenne, à 90,89 pence pour un euro.

La livre sterling a progressé lundi face aux principales devises grâce au vent d’optimisme qui souffle sur la reprise des négociations commerciales entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, tandis que le dollar s’est un peu affaibli.

Vers 19H10 GMT (21H10 à Paris), la livre gagnait 0,67% face au billet vert, à 1,2832 dollar, et 0,39% face à la devise européenne, à 90,89 pence pour un euro.

Plus tôt dans la journée à Londres, elle avait même dépassé 1% de hausse face aux deux devises, ce qui est inhabituel sur le marché des changes, moins volatil que d’autres marchés.

«La livre démarre la semaine du bon pied dans un environnement plus optimiste à propos du Brexit», a commenté Fiona Cincotta, analyste pour City Index.

Pressés par le temps et malgré une confiance ébranlée par le revirement britannique sur le traité du Brexit, le Royaume-Uni et l’UE renouent lundi le dialogue, avec l’espoir qu’un accord sur leur future relation commerciale reste possible.

Au coeur de ces discussions, le très controversé projet de loi en cours d’examen au Parlement britannique, qui remet en cause certains engagements pris par le Royaume-Uni dans l’accord encadrant son départ de l’UE le 31 janvier dernier.

Si ce texte laisse planer «une ombre sur les discussions», «le fait que l’UE n’(ait) pas encore mis fin aux négociations est encourageant», a expliqué Mme Cincotta.

Par ailleurs, selon Sebastien Clements, analyste pour OFX, la livre a accru ses gains après que Dave Ramsden, un des responsables de la Banque d’Angleterre, «a écarté la perspective de taux d’intérêt négatifs à court terme».

Une telle hypothèse est devenue de plus en plus probable au fil des semaines et alors que l’institution a annoncé réfléchir concrètement à cette possibilité.

Une nouvelle baisse des taux d’intérêt, jusqu’en territoire négatif, affecte la rémunération de la devise et donc son attrait auprès des cambistes.

Par ailleurs, l’euro gagnait 0,28% face au billet vert à 1,1663 dollar.

A lire aussi...