L’euro se reprend face au dollar dans un marché sur ses gardes

AWP

1 minutes de lecture

La monnaie européenne valait 1,1616 dollar vers 21h contre 1,1610 dollar vendredi soir.

L’euro montait lundi face au dollar, les investisseurs optant pour la prudence au vu des tensions commerciales croissantes entre les Etats-Unis et la Chine et des difficultés de la coalition allemande sur les questions migratoires.

Vers 19h00 GMT (21h00 heure de Paris), la monnaie unique européenne valait 1,1616 dollar contre 1,1610 dollar vendredi à 21h00 GMT.

La devise européenne baissait face à la monnaie nipponne à 128,36 yens, contre 128,43 yens vendredi soir.

Le dollar reculait, lui, aussi face à la devise japonaise à 110,51 yens, contre 110,66 yens vendredi.

«Les marchés des changes ont entamé la semaine très tranquillement», a remarqué Boris Schlossberg de BK Asset Management en imputant notamment ce calme à l’intérêt des cambistes pour le Mondial de football.

«Mais le peu d’action observé a montré clairement une tendance à l’aversion pour le risque», a-t-il ajouté.

Les cambistes s’interrogent notamment sur les conséquences pour la croissance mondiale de la décision du président américain Donald Trump d’imposer des taxes supplémentaires sur les importations de produits chinois, une annonce à laquelle Pékin a immédiatement répliqué.

Dans le même temps, «la situation en Allemagne a conforté la propension des acteurs du marché des changes à se placer en retrait dans la mesure où la coalition emmenée par Angela Merkel se retrouve sous forte pression sur la question des migrants», a noté M. Schlossberg.

«Les frictions sont devenues si tendues que les marchés se demandent sincèrement si son gouvernement ne va pas tomber, ce qui aurait des ramifications négatives importantes pour l’euro, dont l’Allemagne est le pilier», a-t-il estimé.

La droite allemande a imposé lundi à la chancelière Angela Merkel un ultimatum de deux semaines pour une solution européenne au défi migratoire, faute de quoi le pays fermera ses frontières, une option d’ores et déjà rejetée par la chancelière.

Ce délai de deux semaines «a offert un répit temporaire à l’euro bien que la chancelière reste sous pression», a estimé Lee Hardman, analyste pour MUFG. La faiblesse de l’euro s’explique toutefois avant tout, selon lui, par «le risque politique italien» et les dernières annonces de la Banque centrale européenne, qui a indiqué la semaine dernière qu’elle maintiendrait ses taux inchangés au moins jusqu’à l’été 2019.

Vers 19h00 GMT, l’once d’or valait 1.279,42 dollars, contre 1.279,55 dollars vendredi soir.

La monnaie chinoise ne s’échangeait pas lundi, en raison d’un jour férié. Elle valait 6,4387 yuans vendredi à 15h30 GMT.

Le bitcoin valait 6.725,32 dollars, contre 6.497,97 dollars vendredi, selon des chiffres compilés par Bloomberg.

A lire aussi...