L’euro monte face au dollar, soutenu par le plan de la Commission

AWP

1 minutes de lecture

Vers 21h, l’euro gagnait 0,78% à 1,1092 dollar, s’affichant en hausse pour la troisième séance de suite.

L’euro montait jeudi face au dollar, poursuivant sur sa lancée à la faveur notamment du plan exceptionnel annoncé par l’Union européenne pour relancer les économies de la zone euro.

Vers 19H00 GMT (21h00 à Paris), l’euro gagnait 0,78% à 1,1092 dollar, s’affichant en hausse pour la troisième séance de suite.

«La force de la monnaie unique résulte du plan de la Commission européenne visant à soutenir les économies de ses membres qui ont été frappées par le coronavirus, avec un total de 750 milliards d’euros sous forme de dons et de prêts», estime Ricardo Evangelista, analyste pour ActivTrades.

Alors que la barre des 352.000 morts dans le monde (plus des trois quarts en Europe et aux Etats-Unis) a été franchie mercredi, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a appelé les 27 à «mettre de côté les vieux préjugés» pour soutenir ce plan d’aide exceptionnel.

Alimenté par des emprunts à grande échelle au nom de l’UE, il sera redistribué pour deux-tiers en subventions et pour un tiers sous forme de prêts.

Selon M. Evangelista, «ce pourrait être un moment d’importance historique, marquant le premier pas vers une forme de dette mutualisée paneuropéenne».

Le dollar, traditionnellement considéré comme une valeur refuge, a aussi pâti d’un léger regain d’appétit pour le risque de la part des investisseurs avec la publication jeudi d’indicateurs américains reflétant l’impact sévère de la pandémie sur l’économie mais moins mauvais que prévu.

Les chiffres hebdomadaires sur les demandes d’allocations chômage ont par exemple montré qu’un peu plus de 2,12 millions de personnes avaient de nouveau pointé au chômage pour la première fois la semaine passée.

Mais le nombre total de chômeurs indemnisés aux Etats-Unis a aussi baissé pour la première fois depuis le début de la crise au cours de la semaine du 10 au 16 mai.

Autre sujet d’intérêt pour les cambistes, le yuan, qui se redressait un peu après être tombé mercredi à un plus bas depuis septembre face au dollar, à 7,1777 yuans pour un dollar, tandis que le ton monte encore entre les Etats-Unis et la Chine.

«Il y a de plus en plus de spéculations sur le fait que le renminbi pourrait connaître une nouvelle période de dépréciation, ce qui bouscule déjà les autres devises asiatiques», a fait remarquer Lee Hardman, analyste pour MUFG.

Les Etats-Unis ont formellement conclu mercredi que Hong Kong ne jouissait plus de l’autonomie promise par la Chine, ouvrant la voie à de possibles représailles commerciales, qui constituent la première riposte spectaculaire à une loi sécuritaire controversée voulue par Pékin.

Concrètement, l’administration de Donald Trump peut désormais mettre fin au statut commercial préférentiel accordé à l’ex-colonie britannique en raison de son autonomie.

La menace américaine a été qualifiée de «barbare» jeudi par la représentation à Hong Kong du ministère chinois des Affaires étrangères.

A lire aussi...