L’euro retombe face au dollar, soutenu par l’espoir d’un stimulus

AWP

1 minutes de lecture

Vers 21h, l’euro perdait 0,23% face au billet vert, à 1,1717 dollar.

L’euro baissait légèrement mercredi face au dollar, alors que le billet vert était soutenu par l’espoir d’un accord politique sur un nouveau stimulus à l’économie américaine.

Vers 19H00 GMT (21H00 à Paris), l’euro perdait 0,23% face au billet vert, à 1,1717 dollar.

La veille, la devise américaine avait baissé fortement face aux principales devises, dans l’attente du débat présidentiel qui s’est révélé vindicatif et cacophonique. Le billet vert avait lâché 0,66% face à l’euro.

Mercredi, «la nouvelle la plus notable est qu’il semble qu’il y ait des progrès sur les négociations entre Nancy Pelosi et la Maison Blanche sur un plan d’aide à l’économie», notait Mazen Issa de TD Securities.

La cheffe des démocrates à la Chambre rencontrait le secrétaire américain au Trésor l’après-midi pour discuter d’une nouvelle aide économique, avec l’espoir d’un «compromis raisonnable», selon les mots de Steven Mnuchin.

«C’est probablement le facteur le plus important pour les marchés en ce moment», a indiqué l’analyste de TD Securities alors que Wall Street progressait de façon soutenue en séance.

Les investisseurs digéraient également le premier débat entre le président Donald Trump et son rival démocrate Joe Biden, qui s’est tenu mardi et a été dominé par les invectives, les railleries et les attaques personnelles.

«Du point de vue du marché, le principal risque posé par l’élection présidentielle américaine est une victoire serrée de l’un des candidats qui finirait par être contestée, ce qui générerait de l’incertitude, des troubles sociaux et contribuerait à la dégradation d’une économie déjà malmenée par le coronavirus», a expliqué Ricardo Evangelista, analyste pour ActivTrades.

«L’élection de 3 novembre aux Etats-Unis va être monumentale et les marchés commencent à se mettre en retrait («derisking») du risque qu’elle représente», a estimé pour sa part Mazen Issa.

La journée coïncidait aussi avec une fin de mois et une fin de trimestre, ce qui peut influencer les stratégies des investisseurs qui doivent enregistrer leur bilan et rééquilibrer leur portefeuille, a de son côté souligné Derek Halpenny, analyste pour MUFG.

De bons indicateurs américains, sur le front de l’emploi dans le secteur privé et du marché immobilier, ont aussi apporté leur soutien au billet vert.

Coté euro, la présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde a laissé entendre mercredi, qu’à l’instar de la Fed, elle songeait à être plus flexible sur son objectif d’inflation.

A lire aussi...