La livre en petite baisse après de fortes fluctuations

AWP

2 minutes de lecture

La monnaie britannique s’échangeait à 87,85 pence pour un euro vers 21h, contre 87,76 lundi soir.

La devise britannique s’affichait en légère baisse face à l’euro et au dollar en fin de journée mardi après avoir vivement réagi à de nouvelles propositions sur le Brexit de la première ministre, Theresa May.

Vers 19H00 GMT (21H00 à Paris), la livre britannique s’échangeait à 87,85 pence pour un euro, contre 87,76 lundi à 21H00 GMT.

Face au billet vert, la devise britannique s’échangeait à 1,2702 dollar, contre 1,2726 la veille.

Tombée en début de journée au plus bas depuis février face à l’euro et depuis janvier face au dollar, la devise s’est brusquement redressée lorsque Mme May a proposé aux députés britanniques de voter sur la tenue d’un second référendum sur le Brexit s’ils approuvent le projet de loi qu’elle doit leur présenter début juin.

Mais la livre sterling a vite reperdu du terrain.

«Clairement le marché a, dans un premier temps, mal interprété ce que pouvait représenter cette proposition», a estimé Erik Nelson, de Wells Fargo. «Les propos de Mme May n’ont pas changé grand-chose à la situation et elle reste très vulnérable», a-t-il ajouté.

Les élus ont déjà rejeté à trois reprises l’accord de Brexit conclu en novembre par la dirigeante avec Bruxelles, l’obligeant à repousser deux fois la date de la sortie britannique, désormais programmée pour le 31 octobre au plus tard.

Et le chef du Labour, principal parti d’opposition, Jeremy Corbyn, a prévenu que son parti «ne peut pas soutenir» le nouvel accord de Brexit de Theresa May, arguant sur Twitter que celui-ci n’est qu’une «version réchauffée de son ancien et mauvais accord».

Près de trois ans après le référendum initial sur le Brexit, la confusion règne encore et pèse sur la monnaie du pays.

Selon plusieurs analystes, l’approche des élections européennes, où les partis anti-UE sont donnés favoris, n’aide pas non plus la devise britannique à se reprendre, alors que tout ce qui pourrait accroître le désordre politique dans le pays est vu négativement par les marchés.

La monnaie unique, de son côté, se stabilisait face au dollar, malgré une légère amélioration sur le front de la confiance des consommateurs en zone euro, à 1,1160 dollar pour un euro, contre 1,1166 dollar lundi soir.

Outre-Atlantique, les cambistes gardent un oeil sur les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, même si, selon les analystes de Commerzbank, «sans plus d’information sur de possibles représailles ou exemptions chinoises, sur les effets économiques réels et sur la réaction des entreprises à ceux-ci, les effets de la guerre commerciale sont difficile à jauger».

Dans ce contexte, «il n’y a guère de monde pour parier sur une direction claire, pas même pour le dollar», traditionnelle valeur refuge, ont-ils poursuivi.

Enfin, le dollar australien était «le grand perdant» de la matinée, selon Kit Juckes, analyste pour Société Générale, après que le compte-rendu de la banque centrale a montré que l’institution tablait sur une baisse des taux d’intérêt en juin.

La veille, la devise australienne avait bondi après la victoire électorale surprise de la coalition des libéraux et des conservateurs.

Vers 19H00 GMT, le yen reculait face à l’euro, à 123,44 yens pour un euro, comme face au dollar, à 110,61 yens pour un dollar.

Le franc suisse reculait face à l’euro, à 1,1286 franc suisse pour un euro, et baissait face au dollar, à 1,0113 franc suisse.

L’once d’or valait 1.274,51 dollars, contre 1.277,81 dollars lundi soir.

La monnaie chinoise a terminé à 6,9020 yuans pour un dollar, contre 6,9123 yuans pour un dollar lundi vers 15H30 GMT.

Le bitcoin s’échangeait pour 8.012,80 dollars, contre 8.006,97 dollars lundi soir, selon des chiffres compilés par Bloomberg.