L’euro en petite forme face au dollar, la livre chute

AWP

1 minutes de lecture

Vers 21h, l’euro perdait 0,56% face au billet vert, à 1,1747 dollar.

L’euro poursuivait sa baisse face au dollar mardi, dans un marché peu enclin à la prise de risque, tandis que la livre ployait après des statistiques peu amènes pour l’économie britannique.

Vers 19H00 GMT (21H00 à Paris), l’euro perdait 0,56% face au billet vert, à 1,1747 dollar.

«L’aversion au risque est le sentiment qui prévaut sur les marchés financiers mardi, il n’est donc pas surprenant que le dollar», valeur refuge traditionnelle, «ait regagné une partie du terrain perdu ces derniers jours», a expliqué Ricardo Evangelista, analyste d’Activtrades.

Vendredi, le billet vert avait atteint un plus bas depuis le 21 septembre par rapport à un panier de monnaies.

La suspension de l’essai clinique du groupe pharmaceutique Johnson & Johnson portant sur un vaccin contre le COVID-19, l’un des participants étant tombé malade, incite les cambistes à la prudence, de même que «l’impasse» sur les négociations d’un plan de relance économique aux Etats-Unis, ajoute M. Evangelista.

Dans le même temps, la livre sterling est retombée sous 1,30 dollar, un seuil symbolique qu’elle avait atteint vendredi pour la première fois depuis un mois.

La monnaie britannique lâchait 0,94% face au dollar à 1,2941 dollar, et 0,39% face à l’euro à 90,77 pence pour un euro.

David Madden, de CMC Markets, met en avant «les données décevantes sur l’emploi au Royaume-Uni» pour expliquer cet accès de faiblesse.

Le taux de chômage dans le pays a continué sa progression sur les trois mois terminés fin août, à 4,5% en moyenne contre 4,1% entre mai et juillet, a indiqué l’Office national des statistiques (ONS) dans son rapport mensuel sur le marché du travail.

Dans ses nouvelles prévisions diffusées mardi, le Fonds monétaire international (FMI) a abaissé sa prévision de croissance pour le Royaume-Uni à 5,9% pour 2021, année où le Brexit va se concrétiser après une période de transition, contre 6,3% auparavant.

Le FMI a toutefois amélioré sa prévision économique cette année et table désormais sur une chute du Produit intérieur brut (PIB) de 9,8%, au lieu d’une baisse de 10,2% attendue en juin.

Par ailleurs, le Brexit sera une nouvelle fois à l’agenda cette semaine, alors que la date limite fixée par le Premier ministre britannique Boris Johnson pour trouver un accord commercial avec l’Union européenne tombe jeudi.

A lire aussi...