Plus optimiste, la BCE révise sa stratégie et veut y intégrer le climat

AWP

3 minutes de lecture

«Nous aurons un débat» sur la place du combat contre le changement climatique dans les instruments et objectifs de la BCE, déclare Christine Lagarde.

Légèrement plus optimiste depuis l’accord commercial sino-américain, la Banque centrale européenne a lancé jeudi le premier réexamen de sa stratégie depuis 17 ans, pour ajuster ses objectifs et intégrer la protection du climat à ses instruments.

«L’année s’annonce chargée pour nous», a résumé face à la presse la nouvelle patronne de l’institut, Christine Lagarde, qui espère voir ce vaste chantier aboutir «en novembre ou décembre», sans exclure de prolonger la réflexion.

La BCE pourra s’y consacrer d’autant plus librement qu’elle n’a touché ni à ses taux ni à ses rachats d’actifs jeudi, confirmant l’arsenal de soutien à l’économie adopté en septembre sous la direction de son ex-président Mario Draghi, au prix de profondes divisions.

Son principal taux reste donc à zéro, tandis que les banques se verront appliquer un prélèvement de 0,50% sur les dépôts confiés à la banque centrale au lieu de les prêter à leurs clients. La BCE continuera par ailleurs à acheter 20 milliards d’euros de dette publique et privée par mois.

Christine Lagarde a cependant distillé quelques notes d’optimisme: elle juge les risques conjoncturels «moins prononcés» maintenant que Washington et Pékin ont conclu une trêve commerciale, et qualifie de «positive» l’avancée des discussions américano-européennes sur le commerce.

Impératif climatique

Mais pour l’essentiel, «comme tout est calme sur le front de la politique monétaire, la BCE s’apprête à se regarder le nombril» pour la première fois depuis 2003, synthétise Ulas Akincilar, vendeur d’actions de la plateforme Infinox.

L’un des enjeux les plus suivis, inédit pour les gardiens de l’euro, portera sur l’intégration de la protection du climat à leur stratégie, prônée par Christine Lagarde avant même qu’elle prenne ses fonctions début novembre.

«Nous aurons un débat» sur la place du combat contre le changement climatique dans les instruments et objectifs de la BCE, a expliqué Mme Lagarde, mais «je suis consciente du danger de ne rien faire et je pense que ne pas essayer est en soi un échec».

Une piste évoquée par les analystes serait de «verdir» les rachats d’obligations publiques et privées, le fameux «QE» par lequel la BCE a engagé plus de 2’600 milliards d’euros depuis 2015 pour soutenir l’économie, en l’orientant vers des titres respectant des critères environnementaux.

Mais le puissant président de la Bundesbank, la banque centrale allemande, y est ouvertement opposé et ce thème cher à la nouvelle présidente pourrait raviver les divisions qu’elle s’efforce d’apaiser.

Objectif d’inflation

Techniquement, le point central sera la redéfinition de la «stabilité des prix», soit l’unique mandat fixé à la BCE. Cette expression revient actuellement à cibler une inflation «proche mais inférieure à 2%», derrière laquelle l’institut court en vain depuis sept ans.

L’institut de Francfort pourrait désormais introduire l’idée de «symétrie», permettant à l’indice de prix de dévier de part et d’autre des 2% sans ajuster immédiatement sa politique.

«Attendez-vous à des rumeurs régulières et des allusions des responsables de la BCE pendant les prochains mois», souligne Carsten Brzeski, économiste de la banque ING.

Enfin, Mme Lagarde a promis de se pencher sur les effets secondaires de la politique très accommodante menée par la BCE depuis plusieurs années, en particulier les taux négatifs très décriés en Allemagne et que certaines banques répercutent à leurs clients.

«Nous avons cela depuis un long moment, et cela limite notre capacité à répondre à d’éventuels chocs exogènes», a convenu Mme Lagarde, quand son prédécesseur s’évertuait à marteler que la BCE avait encore «toute sa boîte à outils» à disposition.

 

Principaux points discutés
La Banque centrale européenne a lancé jeudi une vaste «évaluation de sa stratégie» de politique monétaire, une première depuis 2003, après des années de mesures anti-crise aussi vigoureuses que controversées.
Voici les points discutés, pour des conclusions attendues en fin d’année.

Objectif d’inflation

Tous les regards des spécialistes seront braqués sur la redéfinition de la «stabilité des prix», seul mandat fixé à l’institut par les traités européens, qui commande donc son action.
Depuis 2003, la BCE interprète cette expression en visant un niveau d’inflation «inférieur, mais proche de 2%» en zone euro, relevant ou abaissant ses taux pour, respectivement, freiner ou stimuler l’économie.
Mais malgré son arsenal de mesures de soutien, la BCE échoue depuis sept ans à ramener l’évolution des prix à ce niveau censé favoriser l’investissement et l’emploi.
Or les réponses apportées à une inflation trop faible «sont différentes de celles imposées par une inflation trop élevée», qui sévissait encore il y a vingt ans, souligne la BCE dans un communiqué.
L’institution n’en dit pas plus à ce stade mais selon les économistes, l’objectif pourrait intégrer l’idée de «symétrie»: la hausse des prix pourrait ainsi dévier d’un côté comme de l’autre autour d’un pivot à 2%, sans que la BCE n’ajuste immédiatement sa politique.

Intégrer le changement climatique

La revue stratégique «étudiera également comment d’autres considérations, en rapport avec la stabilité financière, l’emploi et le développement durable, peuvent être prises en compte dans le cadre du mandat de la BCE», énumère le communiqué de l’institution.
En termes plus directs, Mme Lagarde a prévenu devant la presse du «danger de ne rien faire» pour protéger le climat, thème qu’elle défendait avant même de prendre ses fonctions début novembre.
Une piste évoquée par les analystes serait de «verdir» les rachats d’obligations publiques et privées, le fameux «QE» par lequel la BCE a engagé plus de 2.600 milliards d’euros depuis 2015 pour soutenir l’économie, en l’orientant vers des titres respectant des critères environnementaux.
Le président de la puissante Bundesbank y est cependant publiquement opposé.
Autre levier possible: l’aménagement des règles de refinancement des banques à son guichet, favorisant les établissements apportant comme garanties des actifs qui ne sont pas liés aux activités les plus polluantes.

Effets secondaires

Le Conseil des gouverneurs «va évaluer l’efficacité et les effets secondaires potentiels de la gamme d’instruments de politique monétaire conçus au cours des dix dernières années», explique encore le communiqué.
Cette réflexion prend en compte les nombreuses critiques, particulièrement en Allemagne, qui entourent les taux historiquement bas ainsi que les rachats de dette. On reproche notamment à cette politique de pénaliser les épargnants et de gonfler les prix des actifs financiers et de l’immobilier, favorisant la création de bulles.
Le Conseil des gouverneurs, enfin, va «revoir sa communication», trop jargonneuse selon Mme Lagarde et pimentée avant son arrivée de querelles entre clans opposés.