ABB glisse dans le rouge en fin d’année, reste confiant pour 2021

AWP

1 minutes de lecture

Les ventes réalisées entre octobre et décembre se sont montées à 7,18 milliards de dollars, soit 2% de mieux en rythme annuel. L’action chute.

Le conglomérat ABB a bouclé le quatrième trimestre de 2020 sur une perte nette de 79 millions de dollars, contre un bénéfice de 325 millions un an plus tôt. Si à court terme, la marche des affaires risque de rester tendue, la direction de l’entreprise se veut optimiste pour l’ensemble de l’exercice en cours.

Sur l’ensemble de l’année, ABB a dégagé un bénéfice de 5,15 (1,44) milliards, dopé par la vente de l’unité de réseaux électriques, et entend rétribuer ses actionnaires avec un dividende inchangé de 80 centimes par action, peu ou prou conforme aux attentes des analystes du consensus AWP (0,81 franc).

Les ventes réalisées entre octobre et décembre se sont montées à 7,18 milliards de dollars, soit 2% de mieux en rythme annuel, indique ABB jeudi dans un communiqué. Les entrées de commandes ont également progressé de 2%, dépassant de justesse les 7 milliards.

L’excédent opérationnel (Ebita) a bondi de 16% à 825 millions de dollars, pour une marge afférente de 11,5% en hausse de 1,4 point de pourcentage. Les charges financières se sont élevées à près de 200 millions, dont 162 millions à mettre sur le compte du remboursement anticipé de plusieurs prêts.

La copie rendue par ABB se situe dans le haut de la fourchette des prévisions, à l’exception du résultat net après minoritaires, pour lequel les projections fluctuaient entre un déficit de 87 millions et un gain de 297 millions.

A l’heure de formuler des perspectives, ABB se montre prudente à court terme, mais se veut plutôt optimiste sur l’ensemble de l’exercice. «Le premier trimestre sera difficile en raison notamment de la base de comparaison élevée, et la visibilité reste limitée», a déclaré le directeur général (CEO) Björn Rosengren à l’occasion de la conférence de bilan.

Pour le premier partiel de 2021, l’entreprise table sur une stagnation des recettes et des prises de commandes. La marge opérationnelle en revanche devrait s’améliorer nettement en comparaison annuelle.

Embellie attendue en cours d’année

Selon M. Rosengren, les affaires en Asie connaissent une évolution réjouissante, en particulier en Chine. Au contraire, les activités dans les régions Amérique et Europe restent fortement affectées par la pandémie. Le dirigeant s’attend à une embellie du contexte de marché tout au long de l’année, se disant «vraiment confiant» pour l’exercice en cours.

Concernant l’avenir des unités Turbocharging, Mechanical Power Transmission (Dodge) et Power Conversion, qui représentent ensemble quelque 1,75 milliard de recettes, soit environ 6% de celles du groupe, le géant zurichois étudie «toutes les options». Sont envisagées notamment une cession ou une introduction en Bourse (IPO).

Dans l’ensemble, la performance du groupe zurichois a été saluée par la communauté financière. UBS parle de «signes encourageants» et de «prévisions conservatrices», saluant la hausse des entrées de commandes en particulier dans les divisions Electrification et Automation industrielle, alors que les segments Energie et Marine tendent à se stabiliser.

A la Bourse, l’action ABB a fini en recul de 5% à 26,09 francs, dans un SMI en hausse de 0,79%.

A lire aussi...