Wall Street finit à des records, toujours optimiste sur le commerce

AWP

2 minutes de lecture

Le Dow Jones termine en hausse de 0,28% à 28’455,09 points.

Les principaux indices de la Bourse new-yorkaise ont de nouveau battu des records vendredi, les investisseurs se montrant rassurés par la persistance de l’optimisme commercial et des indicateurs jugés solides pour l’économie américaine.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a gagné 0,28% pour clôturer à 28’455,09 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, est monté de 0,42% pour terminer à 8’924,96 points.

L’indice élargi S&P 500 s’est apprécié de 0,49% à 3’221,22 points.

La place new-yorkaise a clôturé une semaine qui vu le Dow Jones gagner 1,2%, le Nasdaq progresser de 2,1% et le S&P 500 monter de 1,5%.

«Une fois qu’un record est atteint, il n’en faut pas beaucoup pour en décrocher un nouveau», note Art Hogan de National.

Vendredi, les acteurs du marché ont bien accueilli un commentaire du président américain Donald Trump qui a fait état, sur Twitter, de «très bonnes discussions avec le président chinois Xi (Jinping) au sujet de notre accord commercial géant».

Selon le locataire de la Maison Blanche, la date de la signature formelle du texte est en train d’être finalisée.

L’accord préliminaire entre Washington et Pékin pourrait éloigner le spectre des surtaxes douanières, qui ont empoisonné les relations commerciales entre les deux pays depuis plus d’un an et demi.

«Les tarifs sont probablement montés à leur plus haut. Il est probable qu’il y ait moins de tarifs en 2020 et, avec un peu de chance, plus d’investissements», estime M. Hogan.

Revers en série pour Boeing

Les investisseurs ont par ailleurs digéré plusieurs indicateurs rassurants pour la première puissance mondiale.

La croissance de l’économie américaine a été confirmée à 2,1% au troisième trimestre, un rythme plutôt soutenu tiré par la consommation des ménages tandis que la dégradation des investissements des entreprises s’est avérée moins importante qu’annoncé précédemment.

La croissance enregistrée pour juillet-août-septembre est conforme aux attentes des analystes.

L’inflation annuelle en novembre s’est elle établie à 1,5%, en légère hausse par rapport à son niveau d’octobre, mais toujours loin de l’objectif de 2% que la Banque centrale américaine estime sain pour l’économie.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans des bons du Trésor reculait légèrement vers 21H50 GMT, à 1,917% contre 1,920% jeudi à la clôture.

Parmi les valeurs, Boeing a cédé 1,65%, enregistrant la plus grosse porte au sein du Dow Jones.

Le géant aéronautique et aérospatial a échoué vendredi à envoyer sa nouvelle capsule Starliner vers la Station spatiale internationale (ISS), lors d’un vol d’essai sans équipage.

Par ailleurs, la compagnie aérienne United Airlines (+0,07%) a annoncé qu’elle repoussait au 4 juin la date d’une éventuelle remise en service de ses Boeing 737 MAX, avion dont la flotte mondiale est clouée au sol depuis mi-mars suite à deux accidents meurtriers.

Nike a reculé de 1,7%. L’équipementier sportif américain a annoncé jeudi après la clôture un bénéfice et un chiffre d’affaires trimestriels supérieurs aux attentes, mais ses ventes en Amérique du Nord ont été inférieures aux prévisions. Les marges opérationnelles du groupe ont également déçu.

Biogen est monté de 1,2%. Le groupe pharmaceutique a fait état jeudi d’un nouveau programme de rachat d’actions de 5 milliards de dollars après un programme d’un montant similaire annoncé fin mars.

Facebook a pris 0,12%. Le groupe a indiqué avoir mis fin à deux opérations séparées de manipulation de l’opinion, dont un réseau piloté au Vietnam et aux Etats-Unis qui ciblait les Américains avec des messages en faveur de Donald Trump.

Le géant des réseaux sociaux a par ailleurs déclaré jeudi examiner une fuite potentielle des données de 267 millions de ses utilisateurs, révélée par un chercheur en cybersécurité.