Wall Street craint un regain de tensions commerciales

AWP

1 minutes de lecture

La prudence est de mise. Le Dow Jones ouvre en baisse de ,53% à 24’538,19 points.

Wall Street faisait preuve de prudence jeudi après la confirmation par l’administration américaine de l’imposition dès vendredi d’importantes taxes douanières sur l’acier et l’aluminium importés de l’Union européenne, du Mexique et du Canada.

Vers 13H45 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, reculait de 0,53% à 24’538,19 points.

Le Nasdaq, à forte composante technologique, s’appréciait de 0,09% à 7’468,93 points après avoir démarré dans le rouge.

L’indice élargi S&P 500 perdait 0,30% à 2’715,89 points.

La Bourse de New York avait nettement rebondi mercredi, au lendemain d’une chute importante des secteurs de l’énergie et de la finance, alors que s’atténuaient un peu les craintes sur la crise italienne: le Dow Jones avait gagné 1,26% et le Nasdaq 0,89%.

Jeudi, l’administration américaine a confirmé peu après l’ouverture de la séance qu’elle n’allait pas prolonger une exemption temporaire accordée à l’Union européenne jusqu’à jeudi minuit et qu’elle allait bien appliquer des taxes douanières supplémentaires de 25% sur l’acier et de 10% sur l’aluminium. Les Européens ont promis de répliquer si cette menace se confirmait.

Le sursis sur ces taxes est également levé pour le Mexique et le Canada, alors que la renégociation de l’accord de libre-échange Alena avec ces partenaires tarde à aboutir.

«Ces annonces ne prennent pas les marchés de court mais elles remettent de nouveau en avant les craintes de guerre commerciale», a souligné Peter Cardillo de Spartan Capital Securities.

Plusieurs entreprises du secteur de l’acier en profitaient, US Steel montant de 5,20%, AK Steel de 3,82% et Steel Dynamics de 1,86%.

La place new-yorkaise était aussi sous la pression d’une nette baisse des cours du pétrole cotés à New York, qui affectait largement les grandes entreprises du secteur.

Membres du Dow Jones, les majors ExxonMobil et Chevron perdaient ainsi respectivement 0,81% et 1,00%.

Les indicateurs du jour étaient eux plutôt de bon augure.

L’inflation sur un an aux Etats-Unis est restée stable en avril, l’indice des prix basé sur les dépenses de consommation s’établissant à 2%, soit au niveau de la cible visée par la Réserve fédérale.

Par ailleurs la progression des dépenses des ménages américains en avril a largement dépassé celle de leurs revenus et les demandes hebdomadaires d’allocations chômage ont chuté aux Etats-Unis davantage que ne le prévoyaient les analystes.

Le marché obligataire progressait: le rendement des bons du Trésor à 10 ans évoluait à 2,840% contre 2,855% mercredi soir et ceux sur les bons à 30 ans à 2,992% contre 3,027% à la précédente clôture.

A lire aussi...