Tokyo et Hong Kong encore plombées par le coronavirus

AWP

2 minutes de lecture

A l’issue des échanges, l’indice Nikkei des 225 valeurs vedettes a abandonné 1,40% à 23.193,80 points et l’indice élargi Topix a lâché 1,31% à 1.665,71 points.

A Tokyo et Hong Kong, les actions ont encore chuté mardi à cause du coronavirus, mais les places chinoises de Shanghai et Shenzen, elles, après déjà un net gain lundi, restent en forme, aidées par des mesures de soutien économique.

A l’issue des échanges, l’indice Nikkei des 225 valeurs vedettes de la Bourse de Tokyo a abandonné 1,40% à 23.193,80 points et l’indice élargi Topix a lâché 1,31% à 1.665,71 points.

Lundi soir, le ministère de la Santé du Japon a annoncé plus de 100 nouveaux cas de contamination dans l’archipel (dont 99 sur le paquebot de croisière Diamond Princess en quarantaine au sud de Tokyo).

Des tests ont été pratiqués sur les passagers encore à bord, mais les résultats ne seront pas connus avant mardi soir ou mercredi.

En Chine continentale, où est apparue et s’est développée l’épidémie, le bilan s’est élevé à près de 1.900 morts et un total de 72.300 personnes y ont été infectées, selon les plus récentes données.

Pour autant, les places chinoises, qui ont bondi la veille à l’annonce de mesures de soutien de la Banque centrale, ont continué sur leur lancée, à un moindre rythme cependant. L’indice composite de Shanghai a pris 0.05% à 2.984,97 points et celui de Shenzhen s’est encore envolé de 1,12% à 1.856,56 points.

A Hong Kong, l’indice Hang Seng a chuté de 1,5% à 27.530,20 points.

Au Japon, les investisseurs ont appris dans la nuit que le géant américain Apple ne remplirait pas ses objectifs de ventes, compte tenu de ces circonstances dont l’évolution est difficile à prévoir.

Le géant des technologies cite deux raisons dans son communiqué : les difficultés d’approvisionnement en iPhone, fabriqués en Chine, et la demande pour ses produits alors que ses magasins sont fermés dans le pays.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a mis en garde contre toute mesure «disproportionnée», expliquant qu’en dehors de la province chinoise du Hubei (centre), épicentre de l’épidémie, la maladie Covid-19 «touche une très petite proportion de la population» et son taux de mortalité n’est pour l’heure que d’environ 2%.

Le manque d’entrain à Tokyo est aussi dû au fait que la Bourse de Wall Street était fermée lundi.

Du côté des valeurs à Tokyo

Tous les secteurs d’activité représentés dans l’indice Nikkei 225 étaient dans le rouge.

NISSAN APRÈS UNE ASSEMBLÉE GÉNÉRALE D’ACTIONNAIRES

Après s’être effondrée de quelque 12% en deux séances, l’action Nissan a encore chuté de 1,61% à 494,7 yens mardi, alors que s’est tenue une assemblée générale extraordinaire d’actionnaires pour confirmer l’entrée au conseil d’administration de quatre membres, dont le duo de tête de sa nouvelle équipe de direction.

BRIDGESTONE RÉSISTE: le titre du fabricant de pneus Bridgestone n’était pas trop affecté au lendemain de la publication de ses résultats 2019 pourtant inférieurs à ses projections initiales et de prévisions 2020 pas bien orientées. Il a perdu 0,12% à 3.903 yens.

L’INDUSTRIE DES SEMI-CONDUCTEURS PLONGE

En partie victimes des annonces d’Apple, les fabricants japonais d’équipements pour le secteur des puces dévissait. Tokyo Electron a lâché 4,76% à 24.205 yens, Advantest 5,75% à 5.410 yens, Screen Holdings 5,55% à 6.130 yens et le spécialiste des galettes de silicium Sumco a dégringolé de 5,38% à 1.794 yens.

Du côté des devises et du pétrole

Le yen était en petite hausse face au dollar, lequel valait 109,71 yens vers 08H00 GMT, contre 109,79 yens lundi après la clôture de la place de Tokyo, borne de référence des investisseurs nippons.

La monnaie japonaise montait face à l’euro, qui s’échangeait mardi pour 118,77 yens, contre 119,04 yens la veille après la fermeture des places financières japonaises.

La devise européenne restait sur une tendance baissière face au dollar. Un euro s’échangeait mardi à 08H00 GMT pour 1,0825 dollar contre 1,0833 dollar lundi à 16H15 GMT.

Les cours du pétrole étaient en net repli en Asie. Vers 08H00 GMT, le prix du baril de brut américain WTI perdait 1,40% à 51,32 dollars et le tarif du baril de Brent de la mer du Nord chutait de 1,61% à 56,74 dollars.