Les Bourses asiatiques finissent en ordre dispersé

AWP

1 minutes de lecture

Le Nikkei a clôturé en hausse de 3,88% à 19.389,43 points, après avoir lâché 4,5% la veille. L’indice élargi Topix a quant à lui repris 4,3% à 1.459,49 points.

Les grandes Bourses d’Asie ont terminé vendredi sur des notes contrastées, entre un net rebond à Tokyo, porté par les annonces de plans massifs de soutien à l’économie mondiale, et des places chinoises plus timorées, voire en léger repli.

L’indice vedette Nikkei de la Bourse de Tokyo a clôturé en hausse de 3,88% à 19’389,43 points, après avoir lâché 4,5% la veille. L’indice élargi Topix a quant à lui repris 4,3% à 1459,49 points.

Tokyo a suivi la tendance de la veille à New York, où l’indice Dow Jones avait clôturé en hausse de plus de 6%, dopé par le feu vert du Sénat à un plan de relance de l’économie américaine de 2000 milliards de dollars.

Un plan de sauvetage historique de près de 1100 milliards d’euros a aussi été adopté en Allemagne, tandis que les dirigeants du G20 ont promis jeudi d’injecter plus de 5000 milliards de dollars pour soutenir l’économie mondiale.

Le gouvernement japonais prépare lui aussi un nouveau plan d’aide à l’économie nationale, ce qui a également soutenu vendredi la place de Tokyo, selon des analystes.

Les gains ont été plus modérés à Hong Kong, où l’indice Hang Seng a pris 0,56% à 23’484,28 points. Et en Chine continentale, l’indice composite de Shanghai a grappillé seulement 0,26% à 2772,20 points, tandis que celui de Shenzhen a au contraire cédé 0,46% à 1693,35 points.

Du côté des valeurs

CONSTRUCTEURS DÉGRADÉS

Les grands constructeurs automobiles japonais Toyota, Honda et Nissan ont fini dans le vert malgré l’abaissement de leurs notes de long terme avec perspective «négative» par l’agence de notation financière Moody’s, en raison des fortes répercussions du coronavirus sur leurs activités mondiales.

Toyota, dont la note a été abaissée d’un cran par Moody’s (passée de A1 à Aa3) a même gagné 4,62% à 7029 yens sur la séance.

Honda, dont la note a également été abaissée d’un cran par Moody’s (A3 contre A2 précédemment), a pris 1,46% à 2565 yens, tandis que Nissan, qui a vu sa note dégradée de deux crans (passée de Baa1 à Baa3), a progressé de 1,57% à 386,4 yens.

L’agence de notation financière Standard & Poor’s a elle placé les notes des trois constructeurs sous surveillance négative. Toyota et Honda ont par ailleurs prolongé jeudi la suspension de leur production en Amérique du Nord en raison du virus.

Du côté des devises et du pétrole

La monnaie japonaise s’appréciait face au dollar vers 09H30 GMT, un mouvement défavorable pour les valeurs exportatrices nippones. Un dollar valait 109,03 yens, contre 109,28 dollars la veille à 19H00 GMT.

L’euro reculait aussi face à la monnaie nippone, à raison d’un euro pour 119,94 yens, contre 120,68 yens la veille.

La monnaie européenne s’échangeait par ailleurs pour 1,0999 dollar, en repli par rapport à jeudi 19H00 GMT (1,1042 dollar).

Les cours du pétrole, retombés jeudi, étaient partagés: vers 09H25 GMT le prix du baril de brut américain WTI gagnait 0,58% à 22,73 dollars, mais celui du baril de Brent de la mer du Nord était dans le rouge (-1,4% à 25,97 dollars).

A lire aussi...