Manque d’entrain sur les Bourses asiatiques

AWP

2 minutes de lecture

Le Nikkei a cédé 0,29% et le Topix a décliné de 0,13%. Shanghai a stagné et Shenzhen a fini sur un gain de 0,21%. Le Hang Seng a abandonné 0,30%.

La Bourse de Tokyo a fini la journée de jeudi en nouveau repli, le marché craignant un environnement économique perturbé après la mise en accusation du président américain Donald Trump, même si sa destitution paraît peu probable.

Le Nikkei des 225 valeurs vedettes a cédé 0,29% à 23’864,85 points et l’indice élargi Topix a décliné de 0,13% à 1736,11 points.

Comme attendu, la Chambre des représentants, dominée par les démocrates, s’est prononcée en faveur de l’»impeachment» de M. Trump pour «abus de pouvoir».

Il appartiendra désormais au Sénat de juger Donald Trump, sans doute en janvier. Les républicains, qui contrôlent la chambre haute, ont cependant la ferme intention d’acquitter leur président.

Par ailleurs, sans surprise, la Banque du Japon a opté jeudi pour le statu quo à l’issue d’une réunion de son comité de politique monétaire. Elle reste relativement optimiste pour l’économie japonaise, en dépit du moral en berne des grandes entreprises manufacturières et de la chute de la consommation des ménages après la hausse de la taxe sur la consommation entrée en vigueur le 1er octobre.

En Chine continentale, l’indice composite de Shanghai a pour ainsi dire stagné (+0,02 points à 3.017,07 points) et celui de Shenzhen a fini sur un petit gain de 0,21% à 1.713,03 points.

A Hong Kong, l’indice Hang Seng a abandonné 0,30% à 27.800,49 points, sur des prises de bénéfices.

Du côté des valeurs à Tokyo

La moitié des principaux secteurs représentés dans le premier tableau de la place tokyoïte s’inscrivait en baisse.

MITSUBISHI HEAVY INDUSTRIES FAIT LA PAIX AVEC HITACHI

L’action du groupe d’industries lourdes MHI a finalement gagné 1,27% à 4.295 yens, après plusieurs annonces la veille, dont un accord amiable avec son compatriote Hitachi dans le cadre d’une dispute relative à la construction, par une coentreprise des deux géants, d’une centrale thermique en Afrique du Sud.

HITACHI FAIT LE MÉNAGE

L’action du géant diversifié Hitachi s’est distinguée par un gain de 4,59% à 4.670 yens. Le groupe a annoncé mercredi qu’il cédait son activité d’équipements de diagnostic médical à son compatriote Fujifilm pour 179 milliards de yens (1,5 milliard d’euros) ainsi que sa filiale Hitachi Chemical (produits chimiques) à un autre acteur de ce secteur, Showa Denko, qui va débourser près de 1.000 milliards de yens (8 milliards d’euros) pour ce rachat, dont près de la moitié sera versée à Hitachi.

Showa Denko a de son côté chuté de 2,64% à 2.940 yens et Fujifilm a pris 2,12% à 5.389 yens.

ISUZU DÉVISSE APRÈS L’ANNONCE DU RACHAT D’UNE FILIALE DE VOLVO

Le titre du fabricant de poids-lourds japonais a lâché 3,68% à 1.334 yens, au lendemain de l’annonce de l’acquisition de la société UD Trucks, filiale nippone du groupe suédois Volvo AB.

Du côté des devises et du pétrole

Le yen s’échangeait pour 109,57 yens vers 08H00 GMT, contre 109,43 yens mercredi à la clôture de la Bourse de Tokyo, point de repère des investisseurs nippons.

La monnaie japonaise refluait un peu face à l’euro, qui valait 121,93 yens, contre 121,86 yens en fin de séance la veille.

L’euro était en légère progression face au dollar, à raison d’un euro pour 1,1128 dollar à 08H00 GMT contre 1,1117 mercredi à 20H00 GMT.

Les cours du pétrole hésitaient jeudi en Asie, après avoir terminé sans grand changement mercredi à la suite de l’annonce sans surprise d’une baisse des stocks aux Etats-Unis: vers 08H00 GMT le prix du baril de brut américain WTI perdait 0,07% à 60,89 dollars et le baril de Brent de la mer du nord augmentait de 0,02% à 66,18 dollars.