Envolée stratosphérique de Snowflake pour son IPO à Wall Street

AWP

1 minutes de lecture

Le spécialiste du cloud signe la plus grosse entrée sur la place new-yorkaise depuis le début de l’année et voit son action décoller de plus de 100%.

L’action du groupe de stockage de données dans le cloud (informatique à distance) Snowflake, co-fondé par deux Français en Californie, faisait exploser les compteurs à l’occasion de sa toute première cotation à Wall Street, mercredi.

Le titre, dont le prix d’introduction avait été fixé à 120 dollars, a commencé à s’échanger à 245 dollars sur le New York Stock Exchange (NYSE), soit une hausse de plus de 100%.

Vers 17H00 GMT, l’action valait plus de 260 dollars après avoir atteint un pic à 319 dollars quelques minutes plus tôt.

A son prix d’ouverture (245 dollars), la société pesait près de 68 milliards de dollars en Bourse. Lors d’une levée de fonds en février, elle avait été valorisée à 12,3 milliards de dollars.

Avant même ce début en fanfare, l’entrée en Bourse (IPO: Initial Public Offering) de Snowflake s’annonçait comme la plus importante depuis le début de l’année et la plus grosse jamais réalisée pour une entreprise de logiciels, selon le cabinet Renaissance Capital.

Le titre de Snowflake s’échange sous le symbole SNOW sur le NYSE.

Signe de l’intérêt suscité par l’entreprise à Wall Street, la holding du milliardaire Warren Buffett, Berkshire Hathaway, et l’éditeur de logiciels Saleforce ont chacun accepté d’investir 250 millions de dollars dans Snowflake lors d’un placement privé simultané suivant l’IPO.

Berkshire va également recheter plus de 4 millions de titres d’un actionnaire de la start-up sur le marché secondaire.

De prestigieuses sociétés d’investissement comme Altimeter, ICONIQ ou Sequoia ont aussi placé de l’argent dans Snowflake.

Créée en 2012, la société propose une plateforme unique sur laquelle il est possible de stocker toutes ses données et d’effectuer un nombre illimité de requêtes. L’idée est de faciliter leur gestion et leur exploitation.

Elle utilise des serveurs de fournisseurs de cloud comme Amazon, Microsoft et Google pour le stockage, tout en jouant sur le même terrain de jeu que les trois géants pour l’analyse de données.

Snowflake a plus que doublé ses revenus au premier semestre 2020, de 104 millions de dollars à 242 millions, d’après un document déposé lundi auprès du gendarme de la Bourse américaine, la SEC.

L’entreprise affirme aussi qu’elle avait plus de 3.100 clients fin juillet, dont Adobe, Capital One, Sony, AXA et Doordash.

Elle a en revanche enregistré une perte nette conséquente, de 171 millions entre janvier et juin 2020, à peine moins que les 177 millions en 2019 à la même période.

A lire aussi...