Le pétrole monte avec les négociations sino-américaines

AWP

1 minutes de lecture

Le Brent termine sur une progression de 60 cents à 65,67 dollars et le WTI clôture en hausse de 79 cents à 56,59 dollars.

Les prix du pétrole ont progressé lundi à la clôture, galvanisés par des informations de presse évoquant un possible accord commercial entre Pékin et Washington d’ici la fin du mois.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai a clôturé à 65,67 dollars à Londres, en hausse de 60 cents par rapport à la clôture de vendredi.

A New York, le baril américain de WTI pour le contrat d’avril a gagné 79 cents, à 56,59 dollars.

Les négociations entre les deux plus grandes économies du monde ont nettement progressé et un accord est en train se dessiner, a affirmé le Wall Street Journal dimanche.

Après des mois de bras de fer et de sanctions réciproques, Pékin serait disposé à abaisser les taxes douanières et à lever d’autres restrictions imposées aux importations agricoles, automobiles et chimiques américaines.

Une rencontre entre le président américain, Donald Trump, et son homologue chinois, Xi Jinping, pourrait également avoir lieu à la fin mars, selon le quotidien financier américain.

«On s’attend à ce que la Chine continue à concentrer une part importante de la croissance de la demande de brut», a réagi Robbie Fraser, de Schneider Electric.

En cas d’accord commercial, le ralentissement économique actuel de la Chine pourrait être moins lourd que craint, et donc moins peser sur les perspectives de croissance mondiale et par extension la demande de brut.

D’où un certain optimisme des investisseurs lundi, qui permettait d’effacer une partie de la nette baisse de vendredi.

«Les pertes des deux dernières semaines nous paraissent plutôt être un retour à la normale déclenché par les critiques de Donald Trump contre l’Opep», a commenté Bjarne Schieldrop, analyste chez SEB, en référence à un récent tweet du président américain appelant l’Organisation des pays exportateurs de pétrole à produire davantage de brut.

Menés par l’Arabie saoudite et la Russie, l’Opep et ses partenaires appliquent un accord de limitation de leur production, renforcé depuis début janvier, qui a fait grimper les prix sur cette période.

Egalement facteur de soutien aux cours, le nombre de puits actifs aux Etats-Unis a légèrement diminué, de dix puits de pétrole actifs sur la semaine dernière, à 843 puits, selon des données publiées vendredi par l’entreprise de services pétroliers Baker Hughes.

Cela suggère que la production américaine, qui s’affiche actuellement à un record de plus de 12 millions de barils par jour, pourrait un peu ralentir dans les prochaines semaines.

A lire aussi...