Le pétrole recule dans un marché tourné vers le prochain sommet Opep+

AWP

1 minutes de lecture

Le Brent finit sur une perte de 1,13% à 63,69 dollars et le WTI termine sur une baisse de 1,40% à 60,64 dollars.

Les prix du pétrole ont débuté la semaine sur une baisse lundi dans un marché se préparant à des annonces sur le niveau de production des principaux pays pays producteurs, qui se retrouvent jeudi pour un sommet.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai, dont c’était le premier jour d’utilisation comme contrat de référence, a perdu 1,13% ou 73 cents à Londres par rapport à la clôture de vendredi, à 63,69 dollars.

Le baril américain de WTI pour avril a reculé de 1,40% ou 86 cents à 60,64 dollars.

A l’occasion de leur deuxième sommet de l’année, les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs partenaires, réunis au sein de l’Opep+, devraient «remettre sur le marché davantage de barils le mois prochain dans le sillage des récentes hausses de prix», note Robbie Fraser de Schneider Electric.

Avec le retour des cours du baril à des niveaux semblables à ceux d’avant la pandémie, le cartel et ses alliés sont en effet tentés d’ouvrir les vannes, tablant sur une forte reprise économique et donc une demande accrue en or noir courant 2021.

Certains observateurs avancent un volume supplémentaire compris entre 1,5 et 2 millions de barils par jour.

Les pays de l’Opep+ s’astreignent actuellement à des coupes drastiques dans leur production afin d’adapter l’offre à une demande dévastée par la pandémie de Covid-19.

Avant de tomber lundi en deuxième partie de séance américaine, les cours du pétrole s’affichaient en progression.

Ils bénéficiaient notamment de l’approbation samedi aux Etats-Unis par la Chambre des représentants du vaste plan de relance de 1’900 milliards de dollars voulu par le président Joe Biden, un premier cap crucial avant son examen au Sénat et son entrée en vigueur.

S’il est adopté, ce paquet d’aides financières pourrait donner un coup d’accélérateur à la consommation d’or noir américaine.

A lire aussi...