Bonds Europe: le marché de la dette atone avant une série d’échéances

AWP

1 minutes de lecture

A 18H00 (17H00 GMT), le taux allemand à dix ans a fini sans grand changement, à -0,30% contre -0,31% lundi à la clôture du marché secondaire, où s’échange la dette déjà émise.

Les taux d’emprunt en zone euro ont fait du surplace mardi, les investisseurs campant sur leurs positions en attendant d’en savoir plus à propos des banques centrales, des élections britanniques et de l’évolution du différend commercial sino-américain.

Le marché des taux «bouge très peu», cette «relative stabilité étant tout à fait justifiée par deux catégories de raisons», a estimé auprès de l’AFP Eric Bourguignon, membre du directoire de Swiss Life AM France.

«La première, c’est que les taux, depuis la semaine dernière, avaient plutôt eu tendance à monter sensiblement» et marquent donc «une petite pause» assez logique, a-t-il poursuivi.

«La deuxième raison, c’est que cette fin de semaine est celle de tous les dangers», selon le spécialiste, car «il y a quatre événements majeurs susceptibles de faire bouger les marchés dans un sens ou un autre».

La Réserve fédérale américaine (Fed), puis la Banque centrale européenne (BCE), doivent rendre leurs dernières décisions de politique monétaire de l’année respectivement mercredi et jeudi, même si le marché s’attend dans les deux cas à un statu quo.

Pour la Fed, «on ne voit pas ce qui justifierait qu’elle rebaisse ses taux d’intérêt après des chiffres américains globalement de très bonne facture au cours des derniers jours, en particulier les chiffres de l’emploi vendredi», a observé M. Bourguignon.

Même chose pour la BCE puisque «nous avons eu toute une batterie d’indicateurs plutôt haussiers pour les taux» en Europe avec «les indices PMI visiblement meilleurs qu’attendu, l’inflation en zone euro qui est repartie à la hausse ainsi que des chiffres allemands et français de bonne qualité sortis aujourd’hui», a-t-il noté.

La production industrielle a continué d’augmenter (+0,4%) en octobre en France tandis qu’en Allemagne, le moral des investisseurs s’est de nouveau amélioré en décembre, signe d’une embellie de la conjoncture, selon le baromètre ZEW.

Jeudi, nous aurons également «les élections britanniques, qui par ricochet peuvent avoir une importance pour la zone euro et pour l’économie européenne», a relevé l’expert.

«Et puis enfin et surtout, il y a le sujet de l’échéance de dimanche pour augmenter éventuellement les taxes douanières à l’égard des produis chinois aux Etats-Unis», a-t-il poursuivi.

Selon le Wall Street Journal, les Etats-Unis pourraient reporter l’imposition des droits de douane supplémentaires, actuellement prévue pour le 15 décembre et devant frapper quelque 160 milliards de dollars de biens chinois.

A 18H00 (17H00 GMT), le taux allemand à dix ans a fini sans grand changement, à -0,30% contre -0,31% lundi à la clôture du marché secondaire, où s’échange la dette déjà émise.

Le rendement de même maturité de la France a suivi la même trajectoire, à 0,02% contre 0,01%, tout comme le taux à dix ans de l’Espagne, à 0,46% contre 0,45%, et celui de l’Italie, à 1,25% contre 1,27%.

Au Royaume-Uni, le taux d’emprunt à dix ans est monté à 0,80% contre 0,76%.

Aux États-Unis, le taux à dix ans se stabilisait à 1,84% contre 1,83% lundi, à l’instar de celui à 30 ans, à 2,27% contre 2,26%. Celui à deux ans s’appréciait légèrement, à 1,65% contre 1,62%.

A lire aussi...