Les investisseurs et la promotion d’une transition juste

Wim Van Hyfte, Candriam

1 minutes de lecture

L’action climatique c’est plus qu’investir dans la protection de l’environnement.

L’ESG n’est pas qu'environnement (E) et gouvernance (G), la dimension sociale (S) est également l’un de facteurs clés. En effet, le changement climatique représente une menace potentiellement irréversible non seulement pour les sociétés mais aussi pour l’économie. Dès lors, il est nécessaire de faire un changement fondamental dans notre modèle économique et dans notre mode de consommation.

Ce changement peut présenter quelques risques, mais aussi d'énormes opportunités - dans lesquelles la technologie et l'innovation sont essentielles. Les gestionnaires et les propriétaires d'actifs ont la responsabilité d'aider à guider ce processus et d'intégrer toutes les parties prenantes concernées. Ainsi Candriam a intégré non seulement le climat et l'environnement, mais aussi la dimension sociale de l'implication de la transition énergétique dans le processus d'investissement.

Les changements 

La voie la plus réaliste pour faire face aux changements climatiques est celle d'une transition en douceur vers une économie zéro carbone. Aujourd’hui, les investisseurs et les entreprises réalisent qu'elles doivent tenir compte des externalités sociétales et environnementales de leurs activités. Si bien que de plus en plus, un impact positif est constaté. Notamment, grâce à la transition énergétique, il y a plus d'innovation et de création d'emplois. 

Nous sommes tous «actionnaires» de la transition énergétique.

L'an dernier, Candriam a annoncé qu'elle se départirait en grande partie du charbon, puisque l'élimination de cette énergie fossile est une exigence absolue dans la perspective du changement climatique. Et il existe des alternatives meilleures et moins chères qui peuvent être également mises en œuvre à la même échelle. La transition énergétique créée d'énormes possibilités de création d'emplois et d'innovation. Ainsi, les énergies renouvelables emploient déjà 1,2 million de personnes en Europe.

Une responsabilité partagée

Nous sommes tous concernés par la transition énergétique et à ce titre, nous sommes tous «actionnaires» de la transition énergétique.

Les investisseurs en tant qu’organismes de répartition du capital, doivent favoriser la transition graduelle vers une économie zéro carbone et maximiser l’impact  social de cette démarche. Ils ont la responsabilité de réduire la dépendance aux énergies fossiles en donnant la priorité aux entreprises les plus exposées afin d’en atténuer l’impact négatif. Il faut  s’engager avec les entreprises dans les secteurs de l'énergie, des services publics et de la consommation, en leur demandant par exemple quelle est leur politique en matière d'éducation, comment elles s'adaptent ou quelles sont les implications de la transition énergétique pour leur propre activité. Candriam en tant qu'investisseurs peut faire beaucoup, et a déjà beaucoup fait- le PRP de l'ONU, Climate Action 100+, l'Engagement de Montréal en matière de carbone et les rapports sur le carbone -  et prône un engagement plus fort des gouvernements et des organismes de réglementation qui doivent s’impliquer davantage. Pionnier de l’ESG dès 1996, Candriam a mis en place en 2005 une équipe entièrement consacrée à la recherche, à l'engagement, au proxy voting et aux investissements dans ce domaine.