«Time is now»

Anita Horner, wipswiss

1 minutes de lecture

Le moment idéal pour vendre des immeubles de rendement.

Même si le marché immobilier suisse reste très tendu, une détente a toutefois été amorcée ces derniers mois. En effet, les locataires profitent du correctif attendu depuis si longtemps concernant les loyers à la conclusion de nouveau contrat et ce tant dans le domaine de l’habitation que des surfaces commerciales. En plus des 72'000 logements vides proposés à la location actuellement en Suisse, 50 000 autres seront construits au cours de cette année. Avec 2'650'000 m2 d’espace vacant, les choses ne sont guère plus prometteuses pour les immeubles administratifs. Et pourtant, les constructions se poursuivent dans les deux segments. Bien que la demande soit à nouveau en légère hausse dans certains sous-segments, cette timide reprise se concentre résolument sur les centres urbains. Les agglomérations, quant à elles, demeurent fortement exposées aux fluctuations de la demande.

les nouvelles tendances

Bien que les moteurs de la croissance économique envoient des signaux positifs, tous les secteurs ne vont pas se développer de la même manière. Les tendances telles que le Coworking, le Desk-Sharing et les surfaces de travail flexibles posent de nouvelles références. Si un objet est vacant depuis longtemps, non seulement il perd de son attrait, mais il porte surtout un coup fatal à sa viabilité commerciale, ne répondant simplement plus aux exigences d’infrastructure ou d’aménagement. En parallèle, nombre de nouveaux bâtiments sont construits dans les grands centres: ces nouveaux quartiers sont durables, interconnectés.

Le marché n’est plus disposé à payer n’importe quel prix
ou à accepter tout taux de rendement.
Il faut vendre maintenant!

Ceux qui veulent encore profiter de l’engouement des investisseurs devraient réfléchir à se départir de leur immeuble de rendement maintenant. En effet, la demande pour ce type d’objet reste forte étant donné le manque d’alternatives en termes d’investissements. Sur le marché, nous constatons également un intérêt grandissant des pays émergents pour la Suisse. Néanmoins, le marché n’est plus disposé à payer n’importe quel prix ou à accepter tout taux de rendement. La surchauffe a dépassé son apogée et la situation amenée à se normaliser prochainement.

La Suisse, havre de paix

Le moment est donc idéal: il n’y a pas encore un nombre démesurément grand d’objets et l’intérêt pour les placements immobiliers directs est vif. Ceux qui souhaitent encore pouvoir générer un profit avant le revirement des taux d’intérêt, en particulier pour les immeubles plus anciens, devraient vendre bientôt.  

Le marché immobilier suisse continuera de devoir faire face à des défis: les évolutions démographiques et conjoncturelles en Suisse et à l’étranger, mais surtout de nouvelles formes de logement, de style de vie et de travail ainsi que des technologies innovantes exigent des propriétaires de biens immobiliers d’avoir des visions sur le long terme tout en faisant preuve d’agilité pour ne perdre en attractivité sur le marché. Quiconque n’a pas conscience de cela court le risque de devoir lutter contre un taux de surfaces vacantes chronique. Attendre ne vaut pas le coup et mieux vaut profiter de l’appétit des investisseurs maintenant!