Après un bond au 1er semestre, SPS cède ses maisons de retraite

AWP

1 minutes de lecture

Le bénéfice net a plus que doublé principalement grâce à la nette amélioration du résultat opérationnel (Ebit) et des effets fiscaux.

Swiss Prime Site (SPS) a terminé le premier semestre sur une envolée du bénéfice net bien supérieure à celle attendue. Soucieuse de recentrer ses activités, la société immobilière soleuroise annonce la vente du groupe Tertianum, qui gère des maisons des retraites.

La cession, dont les contours financiers n’ont pas été divulgués, doit permettre à SPS de se concentrer sur son coeur de métier, indique jeudi l’entreprise basée à Olten. Cette dernière ne parvenait pas à dégager suffisamment de synergies avec Tertianum, a expliqué le directeur général René Zahnd en conférence de presse.

Le produit de la vente sera affecté au renforcement du bilan et au développement des affaires. Il permettra de croître sans recourir à une augmentation de capital, a déclaré le patron de SPS. Cette cession devrait être finalisée d’ici mi-2020.

Le président Hans Peter Wehrli a toutefois averti que la vente concerne exclusivement Tertianum, donc l’exploitation opérationnelle des maisons de retraite. SPS est déterminé à rester propriétaire des immeubles. Le responsable n’a pas souhaité évoquer de noms pour d’éventuels repreneurs.

Le groupe soleurois a investi le domaine de l’immobilier pour seniors en 2010, activité enrichie en 2013 par le rachat de Tertianum et portée aujourd’hui à 78 établissements pour personnes âgées. D’ici 2024, le nombre de sites devrait atteindre 90 à 100 unités. Quatre projets d’EMS sont actuellement en construction à Paradiso, Monthey, Olten et Richterswil.

De janvier à juin, Tertianum a enregistré un résultat de 206,1 millions de francs (+6,4%), soit un bon tiers du bénéfice d’exploitation du groupe SPS.

Valorisé à un demi-milliard

En s’amputant de cette activité, le conseil d’administration et la direction générale de SPS souhaitent simplifier la structure du groupe, critiquée à de nombreuses reprises par les analystes. A terme, cela devrait porter le cours de l’action, affirment les responsables.

Pour le courtier genevois Baader Helvea, ce choix s’avère judicieux. L’analyste Andreas von Arx estime la valeur de Tertianum à 500 millions de francs environ. Vontobel est plus prudent et avance un montant de 363 millions.

Au niveau du groupe, le bénéfice net semestriel s’est inscrit à 356,5 millions de francs, soit plus du double en comparaison annuelle. La progression s’explique principalement par la nette amélioration du résultat opérationnel (Ebit) et des effets fiscaux, précise le communiqué.

Les recettes générées sur six mois se sont établies à 607,7 millions de francs, en hausse de 3,8%. Les revenus locatifs ont par contre stagné (-0,7%) à 239,3 millions.

Les chiffres présentés par la société basée à Olten sont mitigés. Le bénéfice net dépasse largement toutes les prévisions du consensus AWP. Les revenus locatifs manquent par contre le coche.

SPS revendique à fin juin un taux de vacance de 4,7%, amélioré de 0,1 point sur six mois.

La direction a confirmé ses objectifs, soit un taux de vacance à fin 2019 de 5% voire un peu en-deçà. Elle s’attend pour l’exercice en cours à des recettes et des résultats stables.

A la clôture, le titre a progressé de 0,4% à 88,90 francs dans un SPI en hausse de 2,05%.