Sberbank veut racheter à Gazprombank une participation dans Mail.ru

AWP

1 minutes de lecture

Sberbank dit voir un potentiel considérable dans la plateforme créée avec Mail.ru dans la livraison de repas, la restauration, les transports et un certain nombre d’autres domaines.

La première banque russe, Sberbank, a annoncé mardi son intention d’acheter à la banque publique Gazprombank une participation indirecte dans le groupe internet Mail.ru, propriétaire notamment du réseau social VKontakte.

«Sberbank annonce la signature d’un accord non contraignant pour acquérir une participation minoritaire dans MF Technologies auprès de Gazprombank», a annoncé la banque dans un communiqué, ajoutant que la signature définitive aura lieu «plus tard dans l’année 2019».

MF Technologies a été fondé conjointement en juin 2018 par Gazprombank, qui en détient 35%, le conglomérat militaro-industriel russe Rostec (11%), la holding USM (9%) du milliardaire proche du Kremlin Alicher Ousmanov et le groupe de télécoms MegaFon (45%) également contrôlé par M. Ousmanov.

MF Technologies possède 58,9% des voix au Conseil d’administration de Mail.ru.

Dans son communiqué, Sberbank dit voir «un potentiel considérable dans la plateforme créée avec Mail.ru dans la livraison de repas, la restauration, les transports et un certain nombre d’autres domaines».

Selon l’agence Bloomberg, Sberbank prévoirait d’acheter un paquet d’actions équivalant à 20% des droits de vote de Mail.ru, pour un montant évalué à 170 millions de dollars.

Banque d’Etat ayant longtemps eu la réputation d’être un mastodonte bureaucratique, Sberbank s’emploie désormais à se développer au-delà des activités bancaires en devenant un acteur majeur de l’internet russe.

Après l’annonce en 2017 d’une alliance avec le géant numérique Yandex dans le commerce en ligne, Sberbank avait annoncé en juillet une alliance avec le principal concurrent de Yandex, Mail.ru, pour créer une plateforme numérique proposant des services de taxi et de livraison de repas.

Des analystes ont interprété cette annonce comme une réaction à d’importants désaccords avec Yandex, qui résisterait selon eux à une volonté de la banque de prendre davantage de pouvoir.

A lire aussi...