Banco Santander: le bénéfice recule moins que prévu

AWP

1 minutes de lecture

La banque explique avoir provisionné 706 millions d’euros, principalement pour les coûts de restructuration prévus en Espagne et au Royaume-Uni. L'action grimpe.

L’espagnole Banco Santander, première banque de la zone euro en valeur boursière, a annoncé mardi se tourner davantage vers l’Amérique latine après la chute de 18% de son bénéfice net au deuxième trimestre en raison de coûts de restructuration en Europe.

A 1,39 milliard d’euros, le bénéfice net est néanmoins supérieur aux prévisions des analystes. La Bourse de Madrid saluait cette performance avec un titre Santander en hausse de 2,97% vers 10H40 GMT.

La banque explique avoir provisionné 706 millions d’euros ce trimestre, «principalement pour les coûts de restructuration prévus en Espagne et au Royaume-Uni», qui absorbent à eux seuls 626 millions d’euros.

Sans ces charges, le bénéfice net aurait progressé de 5% à 2 milliards d’euros, «grâce à la forte croissance des crédits en Amérique latine et à l’amélioration de la rentabilité en Amérique du Nord».

Banco Santander s’apprête à supprimer en 2019 plus de 3.200 emplois en Espagne, soit 10% des effectifs dans ce pays, dans le cadre d’une restructuration liée à l’absorption de sa compatriote Banco Popular en 2017.

Sur l’ensemble du premier semestre, le bénéfice net a reculé de 14% à 3,2 milliards d’euros en raison de cette restructuration.

Mais en contrepartie les coûts ont baissé en Europe, assure la banque, notamment en Espagne (-7%), où 1.100 postes ont déjà été supprimés fin 2017 en raison de l’intégration de Banco Popular.

La banque avait annoncé début avril vouloir réduire ses coûts de 1,2 milliard d’euros par an au cours des prochaines années.

En revanche, le produit net bancaire, équivalent du chiffre d’affaires, a progressé de 4% au 1er semestre à 17,6 milliards, grâce aux bons résultats sur le continent américain.

Santander a d’ailleurs annoncé en parallèle de la présentation des résultats sa volonté de renforcer sa présence au Mexique. Une augmentation de capital pouvant aller jusqu’à 2,56 milliards d’euros a été approuvée mardi matin lors d’une assemblée générale extraordinaire.

L’économie mexicaine est «l’une des économies au plus grand potentiel en Amérique latine. Elle offre une rentabilité moyenne supérieure à celle d’autres zones géographiques et possède un secteur financier à fort potentiel en raison de la faible pénétration bancaire dans le pays», a expliqué la présidente de la banque, Ana Botin, citée dans le communiqué.

Le Mexique a généré 8% du bénéfice de Santander au premier semestre.

Le centre de gravité de Banco Santander s’est progressivement déplacé vers les Amériques ces dernières années, à mesure de la déconfiture de ses affaires au Royaume-Uni, longtemps son principal marché mais désormais confronté aux turbulences du Brexit.

L’Europe ne fournit plus que 45% du bénéfice de la banque, contre 38% pour l’Amérique latine et 17% pour l’Amérique du nord.

Le Brésil est désormais le premier marché de Santander (29% du bénéfice) devant l’Espagne (13%) et le Royaume-Uni (11%).

Banco Santander employait fin 2018 environ 202.000 personnes dans le monde.

A lire aussi...