Suivi de Wirecard par Bordier

Daniel Pellet, Bordier & Cie

1 minutes de lecture

Au niveau boursier actuel, Wirecard retrouve des niveaux de valorisation attractifs.

Wirecard dévoile ce matin ses premiers objectifs chiffrés pour l’Ebitda de l’exercice 2019. Ils sont très positifs (légèrement supérieurs au consensus en mid-range), sachant que le groupe est toujours assez conservateur sur sa première «guidance» (NB: il a revu à la hausse quatre fois ses prévisions 2018!). Le marché ne prend pas la juste mesure de cette publication ; le titre cède encore 5%, pris dans la tourmente de la grande « braderie » du secteur Techno depuis quelque temps.

Cette première publication sur les perspectives 2019 confirme la solidité du trend l’année prochaine pour le segment des paiements électroniques. Wirecard table sur un Ebitda 2019 de 740 à 800 millions d’euros (soit 770 millions en milieu de range), ce qui se traduirait par une croissance de 35% a/a. Le consensus s’était établi à ~764 millions. Ce niveau validerait également une croissance des revenus de ~30% a/a en 2019e, identique au niveau de la croissance estimée en 2018. Du côté des marges, le niveau de 27,5 à 27,9% (vs 27,5% en 2018e) semble raisonnable. Ces tendances de marges pourraient donc se confirmer dans les perspectives pour 2020e, soit 30 à 35% estimé.

Du côté des revenus, une croissance organique de l’ordre d’au moins 30% en 2019 nous paraît donc tout à fait possible, en ligne avec le T3 (+33%). La montée en puissance des nouveaux clients enregistrés au S1 2018 (volume en hausse de 178% à 30 milliards d’euros) va se poursuivre. La visibilité pour les prochains trimestres reste bonne : dynamique du e-Commerce (Wirecard estime la croissance de ce marché à 16-17%/an); momentum solide sur les marchés émergents; dynamisme du marché américain; déploiement graduel des grands partenariats (Crédit Agricole en France, Mizuho au Japon).

Au niveau boursier actuel, Wirecard retrouve des niveaux de valorisation attractifs. En termes de PER, pour 2019e, le ratio s’inscrit à ~28,5x, et pour 2020e, à ~20,2x. Ce qui pourrait paraître élevé en première lecture, mais, qui confronté à la croissance des bénéfices par action, donne un PEG nettement inférieur à 1 (~0,85).

Notre modèle Core Holding, ajusté des chiffres publiés ce matin, débouche sur une valeur théorique de 220,8 euros.