Suivi de Sika par Bordier

Frédéric Potelle, Bordier & Cie

1 minutes de lecture

La thèse d’investissement «innovation - qualité – croissance» est confirmée et le titre conservé dans notre liste Core Holdings.

Sika a publié des résultats globalement en ligne avec ses indications récentes et confirmé ses guidances 2019 et objectifs 2020. La thèse d’investissement «innovation - qualité – croissance» est confirmée et le titre conservé dans notre liste Core Holdings.

Le chiffre d’affaires avait déjà été publié, en croissance de 13,4% (13,6% hors effets de changes et 6,8% en organique) à 7,09 milliards de francs. L’Ebit (à 946 millions de francs – marge 13,4%) et le résultat net (à 687 millions) progressent de c. 6%, en ligne avec le consensus, qui s’était ajusté sur les indications récentes.

Les indicateurs de profitabilité 2018, outre l’impact des hausses de coûts matières, sont également pollués par la résolution du litige actionnarial avec Saint Gobain (impact de 30 bp sur la marge opérationnelle) et les travaux d’acquisition de Parex, dont la consolidation interviendra au 2T ou 3T-2019, en fonction du closing de l’opération.

Plus important, Sika confirme avec cette publication, ses guidances 2019 (6-8% de croissance organique) et ses objectifs 2020 renouvelés son statut de valeur d’innovation-qualité à forte croissance. Plus de 300 brevets ont été déposés depuis 2015, 11 usines ont été ouvertes en 2018 et les acquisitions ont apporté 6,8% d’effet périmètre au chiffre d’affaires 2018, doublant donc la croissance organique. Sur ce plan, l’année 2019 sera marquée, au moins, par l’intégration de Parex, dont la logique industrielle apparaît implacable: doubler la part des mortiers de spécialité dans les ventes de Sika, de 1,1 à 2,3 milliards de francs annuels, soit 27% des ventes de l’ensemble consolidé.

Côté cash-flow et bilan, le cash-flow libre opérationnel (i.e. avant acquisitions) progresse légèrement, à 513 millions soit plus de 7% des ventes. Les investissements organiques restent modérés, à 2,4% du chiffre d’affaires. La position au bilan, qui était cash nette de 290 millions à fin 2017 est passée en dette nette fin 2018, pour 2,1 milliards, soit 1,26x les fonds propres et c. 1,8x l’Ebitda 2018. A ceci s’ajoutera l’acquisition de Parex, dont le financement par obligation convertible, notamment, a déjà été annoncé et sécurisé.

Nous réviserons nos projections 2020 et notre valorisation fondamentale à la lumière de cette publication, sans remettre en cause le maintien de Sika (dont le parcours boursier a été hésitant ces derniers mois) dans notre liste Core Holdings. Le groupe tiendra par ailleurs en octobre une journée investisseurs dédiée à sa stratégie à l’horizon 2023, à laquelle nous prévoyons d’assister.