Nouveau record des actifs alternatifs en Europe

Amundi, Preqin

1 minutes de lecture

Le total des actifs sous gestion de l'industrie des actifs alternatifs en Europe a atteint un sommet de 1480 milliards d'euros en septembre 2017, selon un rapport de Amundi et Preqin.

Amundi et Preqin présentent une analyse sur les marchés des actifs alternatifs en Europe. Basé sur des données collectées par Preqin depuis 2003, ce rapport donne une vision globale de la deuxième région du monde après l'Amérique du Nord pour l'industrie des investissements alternatifs. L'Europe possède un écosystème d'actifs alternatifs riche et évolutif, avec plus de 5’700 sociétés de gestion et 2’800 investisseurs institutionnels qui supervisent les investissements dans le private equity, la dette privée, l'immobilier, l'infrastructure, les ressources naturelles et les hedge funds.

Le total des actifs sous gestion de l'industrie des actifs alternatifs en Europe a atteint un record de 1480 milliards d'euros en septembre 2017, constate le rapport. Ceci est dû à de fortes entrées de capitaux: les fonds de capital-investissement européens - notamment private equity, dette privée, immobilier et actifs immobiliers - ont atteint un niveau record de 184 milliards d'euros en 2017, les totaux annuels augmentant chaque année depuis 2011. En même temps, 52% des gestionnaires de fonds spéculatifs basés en Europe ont enregistré des entrées nettes en 2017 - la proportion la plus élevée de toutes les régions - alors que l'industrie enregistrait des entrées nettes de capitaux de 27 milliards d'euros.

L'activité de collecte de fonds a été soutenue par une forte performance à long terme par rapport aux autres investissements. Les hedge funds axés sur l'Europe ont affiché des rendements annualisés moyens de 6,33% sur cinq ans jusqu'à la fin mars 2018, nettement au-dessus des 1,94% enregistrés par le FTSE 100 au cours de la même période. Entre-temps, les fonds de capital privé axés sur la région ont enregistré une moyenne de 14,7% sur cinq ans jusqu'en septembre 2017, soit plus que les fonds nord-américains (13,1%) ou asiatiques (12,5%).