Les flux ETF européens poursuivent leur ralentissement en mai

Marlène Hassine Konqui, Lyxor ETF

1 minutes de lecture

La forte baisse de la collecte sur les ETF obligataires divise par deux les nouveaux actifs nets.

Les nouveaux actifs nets sur le marché des ETF européens ont de nouveau ralenti à 1,8 milliard d’euros en mai, contre 3,7 milliards d’euros en avril. Cela s’explique en grande partie par une baisse significative de la collecte sur les ETF obligataires (0,5 milliard d’euros, contre 4,1 milliards d’euros). La dette émergente souveraine et les obligations à haut rendement ont notamment souffert de sorties significatives, reflétant le comportement des investisseurs qui se sont tournés vers des valeurs refuge.  Globalement, les ETF actions ont enregistré de légères sorties de capitaux (-15 millions d’euros).  On note toutefois le retour en grâce des ETF actions des marchés développés, les États-Unis et les marchés développés de la zone Asie-Pacifique en tête. L’Europe a une fois encore fait figure d’exception. Les ETF actions émergentes ont eux aussi souffert.

Parallèlement, la collecte des ETF sur matières premières a été très légèrement positive et s’est située à un niveau tout à fait comparable à celle enregistrée en avril (46 millions d’euros). Les ETF Smart Beta ont engrangé 0,4 milliard d’euros, et les stratégies de réduction de risque ont occupé le devant de la scène. Les ETF ESG sortent les grands gagnants de la collecte du mois de mai. Ils ont collecté 0,9 milliard d’euros, pratiquement la moitié de l’ensemble des collectes nettes, tirées par les expositions aux indices larges et les stratégies axées sur les faibles émissions de carbone. Depuis le début de l’année, les ETF ESG sur indices larges pèsent environ 12% de l’ensemble des flux du marché européen, alors qu’ils ne représentent que 2% du total des actifs sous gestion.

L’impact de l'investissement ESG

Les ETF ESG ont collecté plus de 897 millions d’euros en mai 2019, ce qui leur a permis d'enregistrer le deuxième meilleur mois de leur histoire. Ils ont également représenté un peu moins de 50% du total de la collecte nette sur le marché en mai. La collecte depuis le début de l’année s’approche déjà du niveau enregistré pour la catégorie en 2018 (3,6 milliards d’euros, contre 4,0 milliards d’euros). Les produits ESG sur indice larges ont pratiquement monopolisé la collecte et, à la fin du mois, ils représentaient environ 12% de l'ensemble des flux de marché européens depuis le début de l’année, alors qu’ils correspondent seulement à 2% du total des actifs sous gestion (voir le graphique ci-dessous).

Selon nous, les investisseurs intègrent davantage les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance à leur processus d’investissement et cherchent à générer un impact mesurable et durable en plus d’obtenir des performances financières. Pour un nombre croissant d’investisseurs, ces deux objectifs sont étroitement liés.

Si cette intégration est volontaire pour le moment, elle pourrait être plus systématique à l’avenir. Nous estimons que les ETF ESG vont bénéficier d'une plus grande prise de conscience des défis environnementaux auxquels nous sommes tous confrontés, ainsi que des réglementations qui seront de plus en plus déployées pour y faire face. Certaines mesures modestes ont déjà été prises. Par exemple, le plan d’action de l’UE visant à «financer la croissance durable» (sorti en mai 2018) encourage les actionnaires à intégrer des critères de durabilité à leurs décisions d’investissement.