Les flux du marché européen des ETF ont ralenti en juin

Marlène Hassine Konqui, Lyxor ETF

1 minutes de lecture

Le sentiment de marché s'est à nouveau inversé, les ETF obligataires s'arrogeant l'essentiel des capitaux, tandis que les ETF actions ont souffert de sorties significatives.

Les flux du marché européen des ETF ont quelque peu ralenti en juin, avec un repli des nouveaux actifs nets (NAN) de 1,1 milliard d'euros en mai à 757 millions d'euros. Le sentiment de marché s'est à nouveau inversé, les ETF obligataires s'arrogeant l'essentiel des capitaux (1,1 milliard d'euros), tandis que les ETF actions ont souffert de sorties significatives (-739 millions d'euros), dans un contexte où les conflits commerciaux, la Chine et les difficultés européennes ont dominé l'actualité. Depuis le début de l'année, les flux ont maintenu une dynamique solide, bien qu'ils soient en-deçà des niveaux records atteints l'année dernière.

Côté actions, les investisseurs, à la recherche de croissance économique, se sont tournés vers les marchés américains, dont les flux se sont nettement redressés (717 millions d'euros). Les marchés d'actions japonais et émergents, en revanche, ont connu le pire mois de leur histoire en matière de flux. Bien que toujours importante, la décollecte sur les actions européennes a quelque peu ralenti. Le beau parcours des actions mondiales s'est, quant à lui, arrêté net.

Dans un environnement incertain, les investisseurs se sont à nouveau tournés vers les ETF obligataires. Si la collecte en faveur des obligations souveraines des marchés développés s'est globalement avérée positive, la dette souveraine européenne a subi un nouveau mois dans le rouge. Alors que les emprunts d'État émergents ont légèrement rebondi, l'intérêt pour les obligations indexées sur l'inflation s’est affaibli.